Inégalités de salaire hommes-femmes : où en est-on ?

Inégalités de salaire hommes-femmes : où en est-on ?
Publié le 10/11/2020

Depuis le 5 novembre dernier à 16h16, les femmes travaillent « gratuitement » et, ce, jusqu’à la fin de l’année, d’après une newsletter des Glorieuses. Ceci s’explique par les inégalités de salaires entre les hommes et les femmes avec un écart de 28.5% en 2017. Pour l’Insee, cela est surtout dû à la différence de temps passé au travail et le type d’emploi occupé.

Travail : les femmes plus à temps partiel que les hommes

Plus de 40% de l’écart salarial entre les hommes et les femmes s’explique par une inégalité du temps de travail, d’après une enquête de l’Insee publiée en juin 2020.

Déjà en équivalent temps plein : en 2017, les femmes salariées du secteur privé gagnent en moyenne 16.8% de moins que les hommes.

Mais cet écart se creuse davantage à cause de la différence de volume de travail. Les femmes sont en effet plus à temps partiel que les hommes. En moyenne, elles perçoivent une rémunération inférieure de 28.5% par rapport à leurs collègues masculins.

Les mères davantage concernées par l’inégalité de revenu

L’écart de salaire en équivalent temps plein augmente avec le nombre d’enfants et plus précisément après le deuxième enfant, selon l’étude.
Le salaire des femmes est inférieur de 21% à celui des hommes lorsqu’elle a deux enfants et de 31% lorsqu’elle à trois enfants ou plus (sur 1 500 euros cela fait une différence de 465 euros).

Des écarts de salaire expliqués par le type d’emploi occupé

Les femmes occupent en majorité des emplois moins diversifiés que les hommes. Ainsi d’après l’Insee, 40% des salariées exercent l’une des 20 professions dites « des plus courantes » pour une femme : secrétaire, sage-femme, etc.

A cela s’ajoute la ségrégation professionnelle. Les femmes et les hommes ne travaillent pas dans les mêmes secteurs professionnels et n’occupent pas les mêmes postes. Par exemple, « parmi les vingt professions les plus courantes pour les salariés de chaque sexe, trois seulement sont communes aux hommes et aux femmes : nettoyeurs, employés de libre-service du commerce, aides de cuisine », déclarent les auteurs de l’étude.

Lire aussi >> Top des meilleures entreprises où travailler quand on est une femme en 2020
>> Reconversion : 10 formations pour changer de métier

Plus le niveau de diplôme est élevé, plus l’écart entre les salaires se creuse

La différence de revenu entre les hommes et les femmes est plus élevée même pour les diplômés. L’écart se creuse même davantage avec l’ancienneté : près de 21,7% pour celles qui ont plus de trente ans de carrière.

Des inégalités de salaire en baisse pour un même volume de travail

En dépit d’une différence de salaires qui subsiste, l’écart moyen entre les hommes et les femmes baisse un peu plus chaque année. L’Insee déclare : « Les écarts de salaire entre les sexes pour un même volume de travail se réduisent à rythme régulier depuis quatre ans », de quoi rehausser l’optimisme des salariées françaises.

La différence de rémunération entre les sexes s’explique également par un accès plus limité aux emplois les mieux payés pour les femmes. Heureusement, cette limitation se réduit chaque année un peu plus et, ce, depuis les vingt dernières années, selon les résultats de l’étude.

L’info en +

Depuis mars 2020, chaque entreprise ayant au minimum 50 salariés doit calculer et publier son indice d’égalité femmes-hommes. Ils doivent :

  1. Établir un diagnostic
  2. Élaborer une stratégie d’action
  3. Négocier un accord relatif à l’égalité professionnelle
  4. Suivre et promouvoir les actions en faveur de l’égalité professionnelle

Par Maelys Léon

La rédaction vous conseille

>> Entrepreneuriat : pourquoi les femmes hésitent ?
>> Quel est le montant du Smic en 2020 ?
>> Changer d’emploi améliore-t-il ses conditions de travail ?


Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS