Mobilité professionnelle : quitter Paris après la crise

Mobilité professionnelle : quitter Paris après la crise
Mis à jour le 10/09/2021 - Publié le 09/09/2021

Revenir à l’essentiel, changer de vie, de cadre… Pour 44 % des ex-Franciliens, la crise sanitaire et le télétravail ont largement contribué à accélérer la mobilité professionnelle. Paris je te quitte mène l’enquête auprès de ces actifs qui ont (presque) tout quitté pour s’installer en région.

Pourquoi les Franciliens ont-ils quitté Paris ?

Les Franciliens ont sauté le pas ! Le site Paris je te quitte a interrogé celles et ceux qui ont quitté l’Île-de-France peu de temps après le premier confinement. Pourquoi ont-ils décidé de changer de région ?


depart-ile-de-france

75 % des ex-Franciliens ont déménagé dans une autre région pour changer de mode de vie et retourner vers l’essentiel. Ils souhaitaient avoir un meilleur cadre de vie (49 %) et se rapprocher de la nature (47 %)

« Je peux passer du temps dans la nature ce qui était quasiment impossible avant. J’ai quadruplé la surface de mon habitation pour le même prix », déclare Clément à lors de l’enquête Paris je te quitte. Cet ex-Francilien a déménagé en Auvergne-Rhônes-Alpes.

Près de la moitié des sondés ont également exprimé leur envie de trouver un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle.

« Le changement d’environnement a permis de commencer à réfléchir à mon mode de vie et à ce que je veux réellement pour moi et ma famille », affirme David, ex-Francilien installé en Occitanie.

Lire aussi >> Reconversion professionnelle : partir en Région ?
>>Crise et mobilité géographique : où déménagent les actifs ?

L’emploi, un frein dans son projet de mobilité professionnelle ?

Mais tout quitter pour changer de région n’est pas une chose aisée. 61 % des Franciliens qui ont sauté le pas ont un statut de cadre. Et pour près de 4 sondés sur 10, l’emploi a constitué un frein dans leur projet de mobilité.

Néanmoins, la crise sanitaire et le recours massif au télétravail ont permis d’enclencher ce projet. Malgré tout, pour 43 % des Franciliens, c’est l’emploi trouvé sur place qui reste un facteur décisif de déménagement.

Changer de région facilement : le télétravail est-il la solution ?

56 %

des ex-Franciliens souhaitent continuer à télétravailler sur le long terme.

Près d’un quart des ex-Franciliens en mobilité ont recours au travail à distance. Propulsé sur le devant de la scène par la crise sanitaire, le télétravail est peut-être bien LA solution pour son projet de mobilité professionnelle. Mais encore faut-il que son employeur soit d’accord.

7 cadres sur 10 ont recours au télétravail. 31 % d’entre eux n’ont pas besoin de venir au bureau chaque semaine, tandis que 29 % d’entre eux ont la nécessité de se rendre en entreprise un à deux jours par semaine.

Changer de région et conserver son emploi pourrait bien devenir une alternative intéressante pour les personnes qui ont un projet de mobilité professionnelle ou de reconversion.

Quel bilan pour ces ex-Franciliens qui ont quitté Paris ?

96 % des sondés ne regrettent pas leur choix ! Seuls quelques-uns d’entre eux ont éprouvé des difficultés lors de leur emménagement en région (31 %), comme se refaire un réseau amical ou professionnel.

Et où sont partis ces actifs franciliens ? À la mer pour la moitié d’entre eux ! La Bretagne est en tête de liste.

Élément amusant, 57 % des ex-Franciliens sont partis vers une destination différente de celle qu’ils avaient choisie à l’origine.

Changez de vie, changez de région !

Consultez l’étude complète de Paris je te quitte ici.

Par Maelys Léon

La rédaction vous conseille

>> La rentrée du renouveau ?
>>5 villes mondiales avec le meilleur équilibre vie pro/vie perso
>>Top 5 des meilleures villes de France pour travailler
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS