1. Nouvelle Vie Professionnelle
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Emploi
  6. >
  7. Moins de 10% des emplois menacés par les nouvelles technologies

Moins de 10% des emplois menacés par les nouvelles technologies

Moins de 10% des emplois menacés par les nouvelles technologies
Publié le 27/01/2017

D’après le rapport du Conseil d’orientation pour l’emploi (COE), les progrès technologiques ne détruiront pas massivement d’emplois, mais contribueront à leur transformation et à valoriser l’emploi qualifié.

Le chômage technologique n’a pas été confirmé dans les faits

Exit le « futur sans emploi » et les inquiétudes alimentées par l’essor de la robotique, de l’intelligence artificielle, du big data, de l’impression 3D ou de l’Internet des objets. Différentes études ont précédemment alerté sur le risque de disparition des emplois actuels sans pour autant s’accorder sur l’ampleur de ce risque. D’où la nécessité d’approfondir et d’affiner ce diagnostic.

Selon le Conseil d’orientation pour l’emploi, "la perspective d’une disparition massive des emplois existants, que laissent entendre certaines études soulignant que près de 50% des emplois seraient exposés à un risque élevé d’automatisation, n’est donc pas la plus probable. En revanche, il est clair que les évolutions en cours vont être à l’origine d’une profonde transformation des emplois existants, y compris dans des secteurs et métiers qui ne semblaient pas jusqu’à présent les plus directement concernés."

Emplois futurs

Les chercheurs du COE, qui ont interrogé des salariés dans le cadre de l’enquête Conditions de travail, parviennent au constat suivant : « moins de 10% des emplois existants présentent un cumul de vulnérabilités susceptibles de menacer leur existence dans un contexte d’automatisation et de numérisation. »

L'analyse des chercheurs

"L’introduction de méthodes de production ou d’outils plus efficaces ne se réduit pas à la substitution du travailleur par la machine" ; "lorsqu’une machine se substitue à une activité humaine, elle se substitue à une ou plusieurs « tâches » – c’est-à-dire la manière d’effectuer une activité de travail en mobilisant certaines compétences – non à des « métiers »."

Si l’automatisation et la numérisation n’auront pas un effet de destruction massive sur l’emploi, elles concerneront surtout des métiers peu ou pas qualifiés (agents d’entretien, ouvriers, aides à domicile…) et modifieront la structure de l’emploi.

Secrétariat général du COE

Les évolutions technologiques auront tendance à favoriser l’emploi qualifié et la relocalisation

Environ la moitié des emplois existants pourraient voir leur contenu profondément transformé ; l’impact des nouvelles technologies sur l’emploi est multiforme.

Les nouvelles technologies du numérique ont par ailleurs facilité la délocalisation de certaines fonctions de l’entreprise : "Le mouvement d’automatisation et de numérisation pourrait à terme contribuer à favoriser des relocalisations d’activité, avec des retombées potentielles positives sur l’emploi, même si à ce stade les exemples sont encore modestes."

Le COE compte approfondir ses recherches au printemps en prenant en compte "les incertitudes liées au phénomène et sur la base de différents scénarios, les enjeux précis en termes d’évolution des compétences, de mobilités professionnelles, d’organisation et temps de travail et de modes de management, de conditions de travail ou encore de soutien à l’innovation". L’objectif consistera également à fournir des préconisations de politiques publiques sur l’ensemble des champs de l’emploi et du travail.

 Par Natacha Le Jort

Toutes les actualités sur l'emploi

Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS