1. Nouvelle Vie Professionnelle
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Emploi
  6. /
  7. Formation
  8. /
  9. Mobilité
  10. >
  11. Reconversion : de nombreux salariés deviennent magistrats

Reconversion : de nombreux salariés deviennent magistrats

Reconversion : de nombreux salariés deviennent magistrats
Publié le 03/08/2017

Changer de métier devient une étape classique lors d’une carrière et de plus en plus de salariés en reconversion professionnelle se tournent vers le métier de magistrat.

De futurs magistrats en reconversion professionnelle

L’Ecole nationale de la magistrature, à Bordeaux, forme chaque année 500 magistrats ; plus de la moitié des magistrats formés sont des salariés issus du secteur privé, ou des fonctionnaires, qui ont décidé de changer de métier. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les personnes en provenance de la fac de droit sont minoritaires dans cette école.

Cela illustre bien une tendance très actuelle vers laquelle toutes les études convergent : la reconversion professionnelle concerne toutes les catégories socioprofessionnelles et toutes les classes d’âge. Ainsi, tout actif est amené à changer de vie professionnelle à un moment donné de son parcours. Jusqu’à trois fois en moyenne.

Lire aussi >> Les Français plébiscitent la reconversion professionnelle
Se reconvertir pour donner un sens à son travail

Dans cette Ecole de la magistrature, des profils plus classiques (ceux qui exerçaient un métier en rapport avec le droit) côtoient des profils atypiques (ex-trader, ex-boulanger ou encore ex-pompier…).

Ce qui les rassemble ? La volonté d’être utile, juste, et de se mettre au service de l’intérêt général. Bref, une quête de sens.

Comment devenir magistrat ?

Pour devenir garant du droit et des libertés, autrement dit magistrat, les personnes en reconversion professionnelle suivent une formation qui dure 31 mois en moyenne.*

Le premier concours de l’Ecole nationale de la magistrature (ENM) est réservé aux personnes titulaires d’un diplôme de niveau Bac+4 et âgées de 31 ans au plus. Le 2e concours est ouvert aux fonctionnaires ou agents de l’État ayant quatre années d’exercice, âgés de 48 ans et 5 mois au plus au 1er janvier de l’année du concours. Quant au 3e concours, il s’adresse aux salariés du secteur privé justifiant de 8 années d'activité professionnelle, âgés de 40 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours.

Lire aussi
> MOOC d’orientation : êtes-vous fait pour le droit ?
> Comment se former en dehors du temps de travail ?
> Les témoignages de reconversion professionnelle

Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS