1. Nouvelle Vie Professionnelle
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Métiers
  6. /
  7. Formation
  8. /
  9. Mobilité
  10. /
  11. Création d'entreprise
  12. >
  13. Pour un CIF (congé individuel de formation) recentré sur la reconversion professionnelle

Pour un CIF (congé individuel de formation) recentré sur la reconversion professionnelle

Pour un CIF (congé individuel de formation) recentré sur la reconversion
Mis à jour le 05/12/2017 - Publié le 27/10/2017

Le CIF, dispositif de formation longue, devrait être recentré sur les métiers porteurs et répondre à des besoins de reconversion professionnelle.

Développer la notoriété du CIF

Une note de la Cour des comptes recommande de recentrer le congé individuel de formation (CIF) vers des métiers porteurs. Si ce dispositif est un "instrument utile d'accès à la formation" proposant un accompagnement de qualité de la part des Fongecif, assorti à un faible taux d’échec et d’abandon, il est encore trop peu utilisé. En effet, selon la Cour des comptes, il ne bénéficie qu'à un nombre réduit de salariés, soient 40 000 par an.

Zoom sur le CIF

Le CIF vous permet, sous conditions, de vous absenter de votre poste salarié afin de suivre une formation qui peut être longue (1 an pour une formation à temps plein ou 1 200 heures pour une formation à temps partiel), tout en étant rémunéré pendant le temps de la formation. Cette formation qui permet de se qualifier, d’évoluer ou de se reconvertir n’a pas besoin d’être en rapport avec votre activité actuelle.

>>
Découvrez le témoignage d’Aurore, devenue professeur des écoles grâce à un CIF

Qu’il s’agisse de changer de métier, d’accéder à un niveau supérieur de qualification ou d’enrichir ses connaissances, le CIF gagnerait à être connu. Aussi la Cour des comptes préconise-t-elle de promouvoir par exemple les formations hors temps de travail, plus faciles à mettre en place dans les petites entreprises, afin d’augmenter le nombre de bénéficiaires.

Des formations qualifiantes pour se reconvertir grâce au congé individuel de formation

Dans le cadre du CIF, les formations proposées ne sont pas suffisamment adaptées aux enjeux actuels du marché de l'emploi. Elles sont trop orientées vers les plus faibles niveaux de qualification ou vers des secteurs d'activité à faible valeur ajoutée. Trop souvent liées à des loisirs ou à la préparation à la retraite. La Cour des comptes recommande de recentrer le dispositif sur "des formations qualifiantes correspondant à un projet professionnel précis et pour lequel existent des débouchés", tout en développant des formations répondant à des besoins de reconversion professionnelle.

Le CIF devrait se tourner davantage vers les métiers de demain, par exemple dans les secteurs du numérique ou du développement durable. 

Lire aussi >> Environnement : 20 métiers qui recrutent

Dans sa réponse adressée à la Cour des Comptes, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, a jugé opportun d'ouvrir cette réflexion.

Bon à savoir

Selon la dernière enquête du Fongecif Île-de-France, 63 % des salariés faiblement diplômés ayant suivi un CIF ont changé de situation professionnelle : 91 % ont obtenu un poste en lien avec leur formation, 62 % ont eu accès à un CDI, 21 % à un CDD et 8 % au statut de chef d’entreprise.

Sur le même sujet
> Compte personnel de formation (CPF)
> Emploi et révolution numérique : quelles compétences pour demain ?
> CPF, CIF, VAE, quel dispositif de formation me convient ?

Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS