1. Nouvelle Vie Professionnelle
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Emploi
  6. /
  7. Métiers
  8. /
  9. Mobilité
  10. /
  11. Création d'entreprise
  12. >
  13. L’évolution professionnelle pour les nuls - INTERVIEW

L’évolution professionnelle pour les nuls - INTERVIEW

L’évolution professionnelle pour les nuls
Mis à jour le 27/11/2017 - Publié le 08/11/2017

Ce livre sur l'évolution pofessionnelle, écrit par Gilles Noblet, s’adresse en priorité aux 5 millions de Français qui souhaitent changer d’emploi ou se reconvertir dans les 3 prochaines années.

Gilles Noblet

Gilles Noblet est coach en orientation et évolution professionnelle. Il accompagne aussi bien des salariés démotivés ou des demandeurs d’emploi que des auto-entrepreneurs en quête d’un second souffle. Il les aide à imaginer, clarifier ou déployer un projet professionnel à leur image, viable et motivant.

L’évolution professionnelle pour les nuls


Son nouvel ouvrage, L’évolution professionnelle, paraîtra le 16 novembre dans la série Business de la collection "pour les Nuls", afin d'accompagner les lecteurs dans leur transition professionnelle.

INTERVIEW

Pourquoi avoir écrit ce livre sur l’évolution professionnelle ?

Gilles Noblet : L’idée m’est venue après avoir participé en tant que coach au salon Nouvelle Vie Professionnelle. Toute la journée, j’ai fait des coachings “flash“ avec des personnes qui semblaient déboussolées, qui vivaient mal une période de transition ou qui rencontraient des difficultés à se fixer un nouveau cap. J’ai senti qu’un ouvrage qui leur donnerait des clés pour porter un nouveau projet et devenir pleinement acteur de leur parcours professionnel pourrait leur être utile.

« J’avais en tête un ouvrage destiné à des gens qui ne voulaient pas simplement gagner leur vie mais s’épanouir dans leur travail. »

A qui s’adresse principalement votre ouvrage ?

Gilles Noblet : A tous ceux qui, arrivés à un carrefour de leur vie professionnelle, hésitent sur la prochaine route à prendre. Ces personnes peuvent choisir de se reconvertir, de changer simplement de travail ou de se réinventer dans leur fonction actuelle.

Avez-vous perçu des changements récents, de nouvelles tendances par rapport au désir de mobilité professionnelle ? Des spécificités générationnelles peut-être ?

Gilles Noblet : L’envie de bouger est très forte entre 25 et 30 ans. On observe déjà un premier pic de reconversion à ce moment-là, souvent dû au désenchantement ou au besoin de tout essayer, de changer d’entreprise, de secteur d’activité, de métier, pour se découvrir et tester de multiples environnements.

Une vraie nouveauté dans le rapport au travail des générations Y et Z découle de la généralisation des outils de communication offrant de travailler n’importe quand et n’importe où. Conséquence logique : le brouillage entre vie privée et vie professionnelle devient quasi total, la journée de travail « à la papa » disparaît… Et avec elle les organisations standardisées, les horaires et les bureaux fixes.

Lire aussi >> La reconversion professionnelle à 30 ans

Comment voyez-vous l’avenir ? Notamment l’impact des nouvelles technologies sur l’emploi ?

Après avoir lu de nombreuses études sur le futur, fréquenté quelques colloques et discuté avec des experts, ma vision de l’horizon s’est clarifiée... La quatrième révolution industrielle, qui comprend des développements dans des domaines tels que l'intelligence artificielle et le machine learning, la robotique, les nanotechnologies, l'impression 3D ou la génétique et les biotechnologies, est en cours. Et les transformations qu’elle porte s’imposeront d'ici 2030, en modifiant profondément le monde du travail. L’OCDE a calculé que d’ici 15 ans, environ 10 % des emplois sont directement menacés de disparition car ils pourront être occupés par des machines ou des robots. 25 % d’autres emplois verront 50 à 70 % de leurs tâches automatisées. Ils subsisteront mais seront donc profondément modifiés.

Et les compétences de demain ?

Paradoxalement, les compétences de demain ne seront pas seulement numériques. En parallèle au déploiement de toutes ces technologies, on va assister à la montée en puissance de qualités typiquement humaines – ce qu’on appelle en anglais les soft skills et en français les compétences comportementales. Les compétences les plus demandées seront celles qui permettent de comprendre le monde qui nous entoure (résolution de problèmes complexes, développement de la pensée critique, capacité de jugement et de décision), de nous adapter (créativité, flexibilité cognitive) et surtout de nous connecter (people management, négociation, orientation “service“, intelligence émotionnelle, se coordonner avec les autres…). Ce qui fait de nous des humains est promis à être de plus en plus précieux pour les entreprises.

>> Entretien avec Gilles Noblet : « Chaque reconversion est unique et porte ses propres défis. »

Propos recueillis par Natacha Le Jort


Sur le même sujet
> Bilan de compétences ou coach professionnel, que choisir ?
> 10 signes qui montrent qu’il faut faire une reconversion
> Conseils pour une reconversion professionnelle réussie

Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS