1. Nouvelle Vie Professionnelle
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Métiers
  6. >
  7. Comment le travail contribue au bien-être des salariés

Comment le travail contribue au bien-être des salariés

Comment le travail contribue au bien-être des salariés
Mis à jour le 04/04/2018 - Publié le 20/03/2018

Pour un peu plus du tiers des actifs en France, le travail favorise le développement des capacités et du bien-être, selon une étude récente de la Dares. Alors, le travail, que du bonheur ?

Trouver son bonheur au travail

Comment le travail peut-il contribuer au bien-être psychologique des personnes ? La Dares (direction de l'animation de la recherche) s’est penchée sur la question à travers une enquête sur les liens controversés entre travail et bien-être psychologique. Sur quels métiers le travail a-t-il le plus d’impacts, positifs ou négatifs ?

Le travail peut assurément contribuer au bonheur puisque pour plus du tiers des actifs en emploi, le travail favorise le développement des capacités et du bien-être. Les cadres se distinguent par une faible exposition à l’insécurité économique.

Lire aussi >> Le secret pour se réinventer au travail

Si les personnes les plus diplômées et qualifiées ont un travail plus épanouissant, certains métiers relativement peu qualifiés et à grande majorité féminine sortent du lot. En effet, les assistantes maternelles (travail peu intense et très autonome), les employés de maison ou les coiffeurs figurent parmi les professions pour lesquelles le travail contribue le plus au bien-être.

Qu’est-ce que la qualité de vie au travail (QVT) ?

Le travail peut avoir une influence sur la vie physique et psychique. La QVT est définie comme «  un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué ».

Lire aussi >> Le care ou comment développer le bien-être des salariés

Les 15 métiers les plus favorables au bien-être psychologique

  • Ingénieurs de l’informatique
  • Cadres des transports, de la logistique et navigants de l’aviation
  • Employés des services divers
  • Cadres des services administratifs, comptables et financiers
  • Personnels d’étude et de recherche
  • Techniciens des services administratifs, comptables et financiers
  • Secrétaires de direction
  • Assistantes maternelles
  • Techniciens de l’informatique
  • Agents administratifs et commerciaux des transports et d tourisme
  • Secrétaires
  • Ingénieurs et cadres techniques de l’industrie
  • Employés de maison
  • Coiffeurs, esthéticiens
  • Cadres de la banque et des assurances

Le travail comme source de souffrance

A contrario, environ 1 actif sur 10 reconnait se trouver « dans une situation de travail très délétère pour son bien-être psychologique, avec un cumul d’expositions de tous ordres, physiques, organisationnelles et psychosociales ».

Certains métiers sont surexposés à ces souffrances : caissières, cuisiniers, infirmières, aides-soignantes, employés de banques, ouvriers des industries graphiques ou de la métallurgie.

Ces situations « préoccupantes » nécessitent selon la Dares un effort particulier en matière de prévention.

Lire aussi >> Ce que les Français attendent des entreprises

Les 15 métiers les moins favorables au bien-être psychologique

  • Cuisiniers
  • Employés et agents de maîtrise de l’hôtellerie et de la restauration
  • Aides-soignants
  • Bouchers, charcutiers, boulangers
  • Employés de la banque et des assurances
  • Ouvriers non qualifiés de la mécanique
  • Ouvriers qualifiés des travaux publics, du béton et de l’extraction
  • Ouvriers non qualifiés du second œuvre du bâtiment
  • Infirmiers, sages-femmes
  • Agents de gardiennage et de sécurité
  • Agriculteurs, éleveurs, sylviculteurs
  • Bûcherons
  • Ouvriers qualifiés travaillant par enlèvement de métal
  • Caissiers, employés de libre-service
  • Conducteurs d’engins du bâtiment et des travaux publics
  • Ouvriers des industries graphiques

Les métiers les plus difficiles psychologiquement sont donc majoritairement masculins, des professions exposées au bruit et au manque d’autonomie. L’étude relève d’ailleurs que les hommes sont davantage exposés au bruit que les femmes, mais ces dernières cumulent plusieurs inconvénients d’ordre psychosocial comme la faible autonomie et le faible soutien social, ainsi que de fortes exigences émotionnelles.

 Par Natacha Le Jort

 La rédaction vous conseille

> Comment concilier vie professionnelle et vie personnelle ?
> Les compétences pour passer d’un métier à un autre
> La bienveillance a-t-elle sa place en entreprise ?
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS