1. Nouvelle Vie Professionnelle
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Métiers
  6. /
  7. Mobilité
  8. >
  9. Antonin Froidevaux : la reconversion en musique d’un « gilet jaune »

Antonin Froidevaux : la reconversion en musique d’un « gilet jaune »

Antonin Froidevaux : la reconversion en musique d’un « gilet jaune »
Mis à jour le 20/12/2018 - Publié le 18/12/2018

Quand les convictions rejoignent la passion, cela donne une chanson sur un rond-point avec les « gilets jaunes » du coin. Antonin Froidevaux, fleuriste de 28 ans, veut devenir musicien professionnel et vivre de sa passion. Auteur-compositeur, il chante "Enfile ton gilet" et fait le buzz. Son clip, mis en ligne dimanche 16 décembre au petit matin sur Facebook, enregistre déjà plus de 1 million de vues ! Un pas de plus vers une reconversion ? Réponses engagées du chanteur.

Un clip pour remobiliser

"Débranche ta télé et enfile ton gilet… Enlève les chaines à tes pieds"… Antonin Froidevaux, dit le Tonin, enfile le gilet, quitte les fleurs pour la chanson. Des pétales au micro, ce jeune homme vit actuellement un vrai bouleversement.

A la fois surpris et reconnaissant envers les gens qui se rallient chaque jour à son message : « Samedi dernier, le mouvement semblait se tarir alors que beaucoup de personnes restent mobilisées. Certaines choses sont moches et ne me plaisent pas, mais j’irai me battre jusqu’au bout. Qu’est-ce que tu sais faire ? Une chanson. J’ai utilisé les armes que j’avais pour m’exprimer, et parmi ces armes : la musique. Beaucoup de gilets jaunes s’y retrouvent. »

C’est dans son magasin de fleurs que lui vient la mélodie. Très vite, dans la nuit, il enregistre dans son home studio avec David, un comparse, qui réalisera aussi le clip de la chanson.

Les « gilets jaunes » du coin se rassemblent spontanément au rond-point de Montbard en Bourgogne et apprennent la chanson en très peu de temps. Certains se connaissent déjà, d’autres font connaissance. Antonin dégaine sa guitare, un autre « gilet » apporte un drone, la chorégraphie s’improvise. Le tournage peut commencer. Six ou sept prises suffisent. Montage dans la foulée. Un titre sincère, sans fioritures, « ressenti comme on l’a vécu ». Ça rassemble et ça réchauffe.

Le mouvement des gilets jaunes l’a « réveillé »

Et lui a inspiré des chansons engagées. "Enfile ton gilet", c’est le deuxième titre, après "Peuple, bats-toi" lors de la mobilisation du 17 novembre.

Lire aussi >> Quel type de salarié êtes-vous ? Meneur, passionné, contestataire...

« Ce qui m’a surmotivé ? Arriver à faire connaître mon travail à travers la musique. »

En parallèle de son activité de fleuriste, Antonin fait de la musique afin de laisser « un champ d’ouverture libre ».

Antonin Froidevaux« Quitte à ne rien gagner, je veux changer de vie et faire de la musique. Les fleurs, c’est le métier qui me dérange le moins de faire. Ce n’est pas ma passion. »

La preuve : son magasin, l’Atelier fleuri, est en vente. Autodidacte convaincu, pour les fleurs comme pour la musique, Antonin joue de la guitare depuis l’âge de 16 ans, il a appris le piano tout seul, a tout de même suivi deux ans de cours de chant, et s’est remis à l’accordéon.

Pour lui, être autodidacte, c’est « une manière de s’ouvrir à d’autres horizons et de créer des choses. A l’école, on se cloisonne, on peut se bloquer et ne pas construire par soi-même. »

Lire aussi >> Carrière : exercez-vous le métier de vos rêves d’enfant ?

« Si vous ne vous remettez pas en question, vous ne progresserez jamais. »

Antonin Froidevaux reste persuadé qu’on apprend plus après un échec que grâce à la réussite, l’échec s’associant au doute et la réussite à l’égo.


Le Tonin reconversion

Antonin compte une trentaine de chansons à son actif. Il écoute aussi bien du rap que de la chanson française ou africaine : Tiken Jah Fakoli, Amadou et Mariam, Bernard Lavilliers…

« J’ai d’autres choses à dire sur d’autres sujets. J’espère pouvoir évoluer dans le monde de la musique. Quand vous avez des convictions, ne restez pas dans le silence. Faites-vous entendre. »

Sa couleur préférée ? Le violet !

Dernière question : Y aura-t-il des gilets jaunes à Noël ? « Pourquoi pas ! », répond-il.

Enfin, coïncidence amusante, il est ami avec Cécile Belevander, une ancienne commerciale devenue fleuriste.

 Propos recueillis par Natacha Le Jort


Sondage NouvelleViePro sur Facebook

La rédaction vous conseille

> Les Français rêvent de faire une pause dans leur vie professionnelle
> Les fonctionnaires aiment-ils leur métier ?
> Du journalisme au slam : la reconversion d'Olivier T, 33 ans

Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS