Quelles compétences pour travailler dans une start-up ?

Quelles compétences pour travailler dans une start-up ?
Publié le 17/01/2019

Autonomie, débrouillardise... Pour travailler dans une start-up, les compétences comportementales sont tout aussi indispensables que les compétences techniques, d’après l’Apec.

Les besoins en recrutement des start-up concernent d’abord le développement informatique et la R&D

A l’instar des PME, les start-up connaissent des difficultés de recrutement même si elles se distinguent par des développements rapides qui impliquent des besoins forts et des compétences pointues de la part des candidats, pas seulement des compétences techniques mais aussi comportementales.

Tel est un des enseignements de l’étude qualitative « Comment les start-up recrutent leurs premiers salariés » menée par l’Apec en partenariat avec Pôle emploi auprès de fondateurs de start-up appartenant à des secteurs divers (services à la personne, numérique, culture, e-commerce, biotechnologies ou fabrication d’équipements médicaux), d’incubateurs et de salariés ou anciens salariés.

Lire aussi >> Les compétences du 21e siècle - Interview de Jérémy Lamri

Qu’est-ce qu’une start-up ?

Une start-up est une entreprise qui satisfait les quatre conditions suivantes :

  • elle présente une forte croissance potentielle ;
  • elle utilise une technologie nouvelle ;
  • elle a besoin d’un financement massif (levées de fonds) ;
  • elle est sur un marché nouveau dont le risque est difficile à évaluer.

Il n’est ici question ni d’âge, ni de taille, ni de secteur d’activité et ces critères n’en font une catégorie ni juridique ni statistique. En effet, les start-up n’existent pas comme une catégorie au sens de l’Insee au même titre par exemple que les TPE ou PME.
(Source : Apec)

Recruter la « bonne » personne est essentiel pour le développement d’une start-up

Selon les dirigeants interrogés :

« Le premier recrutement est celui qui va donner la tonalité [...] C’est la personne qui accueillera le deuxième, puis le troisième puis le quatrième, etc. »

« C’est bon d’avoir des compétences techniques, mais la personnalité fait la différence. »

« Si on a une personne avec une bonne personnalité, c’est un état d’esprit qui compte pour moi. Techniquement, on peut toujours se former mais on peut difficilement changer la personnalité de quelqu’un. »

En résumé : « Est-ce que j’irais boire un verre avec cette personne ? »

Une erreur de recrutement peut mettre en péril l’avenir de la structure. Pour l’éviter, les start-up ciblent certaines qualités comportementales. Oui, mais lesquelles ?

Autonomie, capacité d’adaptation, capacité à apprendre…

« Il est indispensable de justifier d’une grande autonomie et de débrouillardise. »

Pour répondre aux besoins d’évolution d’une start-up, le candidat idéal doit faire ainsi preuve d’une grande autonomie (capacité à s’organiser, à prioriser, à s’adapter, à actualiser ses connaissances..). Il doit en effet s’adapter à un environnement mouvant, être agile et faire preuve de « débrouillardise ».

La capacité à apprendre est une qualité essentielle car les petites start-up ne disposent pas d’un budget formation suffisant pour la montée en compétences de leurs salariés.

Enfin, adhérer au projet d’entreprise et ne pas compter ses heures. Un salarié de start-up le confirme en ces termes : « Souvent la charge de travail dans une start-up est assez énorme. En pratique, ce n’est pas trente-huit heures mais plus de cinquante heures par semaine. Comme c’est un contrat cadre, il n’y a aucun RTT, aucune heure supplémentaire payée.

En bref

« Les dirigeants ou dirigeantes de start-up ont de fortes exigences en matière de compétences techniques, en matière de développement informatique bien sûr, mais aussi dans d’autres domaines en fonction de leur activité (physicien·ne·s, biologistes, mathématicien·ne·s, etc.). Mais ils portent aussi un vif intérêt aux qualités comportementales, notamment l’autonomie, la capacité à s’autoformer. Cet intérêt prononcé pour les « savoir-être » professionnels se retrouve chez la plupart des entreprises. Cependant, ils visent en particulier l’agilité, la débrouillardise, et surtout mettent en avant la nécessaire adhésion au projet d’entreprise, adhésion qu’ils traduisent souvent par une disponibilité de tous les instants. » (Apec)

Avez-vous l’esprit start-up ?

Si vous êtes toujours motivé pour rejoindre une start-up et que surtout vous pensez avoir la « personnalité » pour travailler dans ce genre de structure en developpement, vous savez quelles compétences mettre en avant !

  Par Natacha Le Jort

La rédaction vous conseille

> Top 20 des entreprises de la Tech française
> Les 10 compétences les plus recherchées par les employeurs
> 5 nouvelles idées de création d’entreprise et start-up
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS