1. Nouvelle Vie Professionnelle
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Emploi
  6. >
  7. Se parler en « vrai » réduit le risque d’isolement au travail

Se parler en « vrai » réduit le risque d’isolement au travail

Se parler en « vrai » réduit le risque d’isolement au travail
Mis à jour le 12/06/2019 - Publié le 11/06/2019

Les collègues qui se voient et se parlent en « vrai » au bureau se sentent moins isolés au travail et sont plus performants, selon une étude de l’Ifop.

6 Franciliens sur 10 se sentent isolés au travail

L’étude « Et si on se parlait ? » réalisée par l’Ifop auprès de 1619 salariés franciliens qui travaillent au sein d’entreprises de plus de 10 salariés révèle que 6 salariés sur 10 estiment qu’il leur arrive de se sentir isolés au sein de leur entreprise.

Ce sentiment a des effets néfastes aussi bien pour l’employeur que pour les salariés qui sont alors moins performants et qui ont du mal à se projeter. 70 % des salariés qui se sentent isolés au travail pensent rester moins de cinq ans dans leur entreprise actuelle et 40 % craignent d’être licenciés.

Lire aussi >> 1 Français sur 5 ne trouve pas de sens dans son travail

Comment reconnaître un salarié isolé ?

- Il a moins tendance à tutoyer ses collègues ;

- Il écoute plus souvent de la musique.

Lire aussi >> TOP 20 des métiers dans lesquels les salariés sont les moins heureux

La vie sociale entre collègues : le premier facteur de motivation pour se rendre au travail

La qualité des relations avec les collègues est le premier facteur de bien-être et de performance au travail. D’ailleurs, c’est la raison qui motive le plus de salariés à se rendre au bureau. Parmi les cinq raisons principales évoquées, quatre ont trait au collectif.

 raisons-travail

L’interaction : la clé de la réussite ?

Alors que le nombre de relations par messagerie et téléphone a peu d’impact sur le sentiment de solitude, la communication en face-à-face réduit considérablement l’isolement au travail ; 21 % des personnes qui ont 3 à 10 relations en face-à-face se sentent souvent seules ou isolées (contre 36 % pour celles qui communiquent de la même façon avec moins de 3 personnes).

face-a-face


Les salariés qui ont de bonnes relations avec leurs collègues développent un fort attachement à l’entreprise pour laquelle ils travaillent.


 relations-isolement

Néanmoins, interagir avec un trop grand nombre de personnes peut également être source de déconcentration. Les salariés les plus productifs seraient ceux qui travaillent dans des bureaux partagés (de 2 à 6 personnes).

Par Marie Razer

La rédaction vous conseille

> Absentéisme : pourquoi les salariés désertent-ils leur bureau ?
> Le burn-out n'est pas reconnu comme une maladie par l’OMS
> Le stress au travail demeure un sujet tabou
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS