Entrepreneuriat : pourquoi les femmes hésitent ?

Entrepreneuriat : pourquoi les femmes hésitent ?
Mis à jour le 08/07/2019 - Publié le 28/06/2019

Barrières mentales et pressions extérieures, les femmes osent moins entreprendre que les hommes, selon une étude de Veuve Clicquot.

L’entreprenariat, un milieu d’hommes ?

Alors que 72 % des femmes accordent plus d’importance au fait d’être son propre patron (contre 65 % pour les hommes), seulement 12 % peuvent citer le nom d’une femme qui a réussi. Pour cause, une vision générale de l’entrepreneuriat essentiellement géré par le sexe masculin, et les chiffres ne sont pas anodins : 54 % des entrepreneures déclarent qu’elles « devraient davantage se comporter comme des hommes si elles veulent réussir dans leur propre projet ».

Lire aussi >> Loi Pacte : 5 mesures pour simplifier la création d’entreprise

La majorité des femmes interrogées pensent que les risques de se lancer dans l’entrepreneuriat ne valent pas ses avantages :  65 % des Françaises craignent l’échec, alors que les hommes ne le redoutent qu’à 54 %. Ainsi, il semble difficile pour une femme de se projeter de façon positive dans l’avenir entrepreneurial. Mais peut-être y a-t-il de l’espoir du côté des 20-29 ans qui sont 42 % à se dire prêtes à sauter le pas.

La peur et la conscience du risque d’entreprendre

42 % des sondées pensent qu’il est plus périlleux d’entreprendre quand on est de sexe féminin, contrairement à leurs homologues masculins qui sont moins nombreux à envisager les risques. A la question : « quelles sont les 3 raisons qui vous feraient le plus redouter le fait de créer votre entreprise en France ? », le manque de financement arrive en premier, suivi de très près par la peur de l’échec.

Lire aussi >> Financer une formation à la création d’entreprise grâce au CPF

Ajouté à des barrières mentales bien ancrées, l’échec constitue un rempart solide contre l’action d’entreprendre chez les femmes. « La crainte de l’échec pourrait me dissuader de devenir entrepreneure », confie l’une d’entre elles. Ce frein pourrait s’expliquer par un pragmatisme et un réalisme prononcé ; les femmes prendraient moins de risques que les hommes dans leur projet.

« Créer ou reprendre une entreprise est plus risqué pour les femmes que pour les hommes. »

Se lancer dans l’entrepreneuriat malgré tout                   

 

Pour que les femmes n’hésitent plus à se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat, quelles solutions sont à considérer ? Jean-Marc Gallot, le président de Veuve Clicquot, affirme qu’il y a « un réel besoin d’aide et d’accompagnement pour lever ces freins ». Pour 72 % des femmes aspirantes à l’entrepreneuriat, avoir un réseau de femmes entrepreneures est indispensable afin d’être soutenues dans le processus de création de leur entreprise.

Lire aussi >> Comment créer une start-up ?

De nombreux réseaux sont présents sur la toile afin de soutenir celles qui souhaitent entreprendre. Mais peut-être qu’un revirement des mentalités socio-professionnelles permettra plus rapidement de donner confiance à ces femmes qui veulent créer leur entreprise. « Les femmes représentent 7 % seulement des quelques 5 000 business Angels français », selon Catherine Abonnenc, secrétaire générale du réseau des Femmes Business Angels (FBA).

Ne serait-il pas temps d’oser entreprendre ?

Par Maelys Léon 

La rédaction vous conseille :

> 1 Français sur 4 a envie de créer un jour son entreprise
> Reconversion professionnelle : pourquoi les femmes choisissent la franchise
> Des entrepreneurs heureux malgré une surcharge de travail
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS