Mad Skills : soyez original et décrochez un job

Mad Skills : soyez original et décrochez un job
Mis à jour le 23/09/2019 - Publié le 23/07/2019

Vous avez un ou plusieurs talents qui sortent de l’ordinaire ? Que ce soit l’écriture, la passion d’un auteur ou un sport extrême, ces mad skills (les « compétences folles » en français) peuvent intéresser votre futur employeur. A l’heure des start-ups et des entreprises modernes, les recruteurs s’intéressent à la case « loisirs » de votre CV. 

Ne soyez plus le « candidat type »  

Après les hard skills - les compétences techniques - et les soft skills - les compétences liées au savoir-être - qui remportent un succès certain auprès des employeurs, voici venu le temps de la singularité. Désormais, votre parcours personnel intéresse les entreprises qui recherchent des personnalités diverses et capables d’innover. Ce qu’on vous demande : avoir un regard moderne pour faire évoluer l’entreprise.

Lire aussi >> Les compétences du 21e siècle

Cette nouvelle vague, venue tout droit de la Sillicon Valley, fuit les profils conformistes et « déjà-vus », alors n’hésitez plus, si vous avez un trait original, mettez-le en avant et optez pour le mad skill. 

Comment faire ? 

Pour recruter ces nouveaux talents, le traditionnel duo CV-entretien est remis en question. A l’heure du numérique et de la disruption, l’innovation tend vers la « cooptation », la recherche sur les réseaux sociaux, mais aussi via des ateliers de travail appelés «hackatons » : un problème est donné à résoudre dans un temps limité et à l’issu duquel les candidats les plus rapides sont récompensés.

Lire aussi >> Top 20 des questions les plus insolites posées en entretien d’embauche

Puis, sur le principe de la rencontre à grande vitesse, les recruteurs s’adonnent au job dating ; des entretiens express durant lesquels le candidat pourra se démarquer en revendiquant sesmad skills. Mettez en avant ce qui ne fait pas de vous un être comme tout le monde et surprenez votre futur employeur. 

Quels mad skills? 

Selon votre âge, vous ne valoriserez pas les mêmes compétences. « Les jeunes diplômés doivent raconter leur vécu », recommande Pauline Lahary, directrice de myCVfactory, c’est-à-dire parler de leurs activités, qu’elles soient sportives ou culturelles. 

Vers 35-45 ans, les recruteurs s’intéressent davantage aux candidats capables de transmettre leurs connaissances de manière constructive. Vous faites du bénévolat ? Vous avez un rôle de mentor ou vous donnez des conférences ? Dites-le et vous marquerez des points. 

Lire aussi>> Top des entreprises qui recrutent en 2019

Pour les seniors, Ludovic Bessiere, directeur business France et Belgique du cabinet de recrutement Hays donne un exemple : « J’ai eu une autre candidate qui chantait dans une chorale et publiait des nouvelles. Elle travaille aujourd’hui comme directrice médias pour un cabinet d’avocat d’affaires. Les associés ont apprécié son côté décalé par rapport au milieu juridique plus classique. » 

Un conseil ? Pour mettre toutes les chances de votre côté, n’hésitez pas : hard, soft et mad skills sont les clefs de votre réussite. 

Alors allez-y, soyez unique ! 

Par Maelys Léon 

La rédaction vous conseille :

> Comment faire une lettre de motivation ?
> Les employeurs passent en moyenne 34 secondes par CV
> Recrutement des cadres : la montée en puissance des réseaux sociaux
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS