La rétroconversion ou quand la reconversion fait flop

La rétroconversion ou quand la reconversion fait flop
Publié le 30/12/2019

Vous vous êtes lancé(e) dans une reconversion professionnelle qui vous a laissé insatisfait(e) ? Comme plusieurs actifs français vous avez effectué un rétropédalage pour revenir à votre métier précédent ? Zoom sur la rétroconversion, ou quand la reconversion fait flop et ne se passe pas comme prévu, d’après la grande enquête menée par nouvelleviepro.fr auprès de 2 083 actifs âgés de 18 à 64 ans.

Une rétroconversion motivée par le manque de revenus

Plus du tiers des sondés a déjà effectué une reconversion professionnelle, et parmi eux, une infime proportion (2 %) n’a pas obtenu la réussite escomptée. Pour quelles raisons ?

38 % estiment que le manque de revenus est la principale raison de leur rétroconversion.

Lire aussi >> Reconversion : pourquoi les actifs hésitent à changer de vie ?

D’autres n’ont pas réussi à trouver un emploi à cause du manque d’expérience et, ce, malgré le suivi d’une formation professionnelle.

« Je ne trouvais pas de travail à cause de mon manque d’expérience », Lucie, 40-49 ans, demandeur d’emploi.

Puis, comme l’erreur est humaine, il arrive de se lancer dans un nouveau métier et d’être tout simplement déçu par celui-ci, comme cela a été le cas de Sylvie, 40-49 ans, qui est revenue à son précédent emploi : « Je me suis trompée sur le métier. »

Top des raisons qui ont poussé les actifs à arrêter leur nouvelle activité

  1. Mes revenus étaient insuffisants (38 %) ;
  2. A cause de l’incertitude du lendemain (29 %) ;
  3. Je n’ai pas trouvé l’équilibre entre vie pro et vie perso (13 %) ;
  4. Je souffrais de solitude (8 %) ;
  5. Je n’ai pas été soutenu(e) par mes proches (6 %) ;
  6. Mon rythme de travail était trop dense (6 %).

75 % des actifs déçus ont subi leur reconversion

Le projet de changement de vie professionnelle a fait un véritable flop chez les actifs qui n’ont pas eu le choix de leur reconversion. Ainsi 45 % d’entre eux n’ont pas reçu de formation ; une solution qui peut s’avérer utile dans le cadre d’une transition.

Lire aussi >> La formation, une étape incontournable de la reconversion

Près de 7 actifs sur 10 ont arrêté leur nouvelle activité dans les deux ans après son commencement, tandis que 44 % arrêtent directement dès la première année.

Une expérience malgré tout positive

Malgré la surprise et la déception, la moitié des actifs considère l’expérience comme positive, principalement parce qu’elle leur a permis d’en apprendre davantage sur eux-mêmes.

Lire aussi >> Les Français et la reconversion professionnelle en 2019

La reconversion est toujours une expérience riche en leçons et, parfois, prendre de la distance avec son ancien métier permet de mieux le retrouver ensuite. Christian, 50-59 ans, cadre, a par exemple réalisé le confort d’être salarié dans une entreprise et est revenu à son précédent métier après être resté 2 ans dans sa nouvelle activité.

Top 5 des effets positifs d’une reconversion

  1. Apprendre à mieux se connaître personnellement ;
  2. Développer de nouvelles compétences, utiles dans son métier ;
  3. Réaliser le confort d’être salarié dans une entreprise ;
  4. Donner de l’intérêt au travail d’équipe ;
  5. Mieux définir ses objectifs professionnels.

Comme il vaut mieux avoir des remords que des regrets, lancez-vous dans ce fameux projet de reconversion qui vous taraude, et, si cela fait un flop, pas de panique, vous aurez toujours le choix de renouer avec vos premiers amours professionnels ! C’est vous qui choisissez.

Finissons sur cette image d’une personne qui s’est lancée : « Il faut bien prendre la vague ! »

La rédaction vous conseille

> 10 raisons de se reconvertir
> Les compétences pour passer d’un métier à un autre
> Lettre de motivation pour une formation professionnelle
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS