73 % des cadres ont des difficultés à concilier vie professionnelle et vie familiale

73 % des cadres ont des difficultés à concilier vies professionnelle et familiale
Publié le 12/03/2020

Les cadres sont les plus nombreux, hommes comme femmes, à déclarer des difficultés de conciliation entre travail et famille, en raison des longues journées de travail, selon l’Insee.

Difficile de concilier vie pro et vie de famille ?

Oui, surtout pour les cadres ! 73 % sont dans ce cas, contre 63 % pour les professions intermédiaires,

58 % des employés et 53 % des ouvriers (moyenne de 61 % pour l’ensemble des sondés). Les statistiques de l’Insee révèlent que près de 3 cadres sur 10 considèrent que leurs longues journées de travail sont la principale source de difficultés ; c’est deux fois plus que les professions intermédiaires ou les employés et trois fois plus que les ouvriers.

Lire aussi >> Emploi : 297 000 recrutements de cadres prévus en 2020

Combien de temps par semaine travaillent les cadres ?

Les cadres déclarent une durée de travail élevée : quasiment la moitié d’entre eux effectuerait habituellement plus de 40 heures hebdomadaires, contre 14 % des professions intermédiaires, 12 % des ouvriers et 8 % des employés. De longs trajets domicile-travail ne facilitent pas non plus les activités familiales.

Lire aussi >> Plus de 8 cadres sur 10 rêvent de quitter Paris

A noter que si le travail à domicile permet d’accroître le temps de présence familiale, il augmente aussi la porosité entre les sphères professionnelle et privée ; ainsi 40 % des cadres travaillent à leur domicile alors que ce n’est pas leur lieu de travail, contre 20 % des professions intermédiaires et à peine 3 % des employés et des ouvriers.

Bon à savoir : horaires imprévisibles, fluctuants ou décalés

Les employés sont ceux qui travaillent le plus souvent le week-end tandis que les ouvriers sont davantage concernés par le travail de nuit et les horaires alternés. Globalement, toujours selon l’Insee : « l’irrégularité et l’imprévisibilité des emplois du temps pèsent sur l’organisation de la vie familiale. »

Lire aussi >> Travail le dimanche : les professions les plus concernées

La solution : changer d’emploi ?

Les salariés qui ressentent des difficultés dans la conciliation de leur vie professionnelle et de leur vie familiale sont deux fois plus nombreux à souhaiter changer d’emploi (14 %) que ceux qui n’en éprouvent pas (7 %). Et parmi ces salariés ayant des responsabilités familiales, les ouvrières sont celles qui souhaitent le plus changer d’emploi (près d’un quart d’entre elles, soit 24 % contre 11 % des femmes cadres). D’autant plus qu’elles ressentent plus souvent leur travail comme intense ou fatigant, ce qui constitue leur principale difficulté pour concilier vie familiale et vie professionnelle.

Quant aux principales motivations pour changer d’emploi : la recherche de meilleures conditions de travail, d’un rythme plus adapté, ou encore la diminution du temps de transport. 33 % citent l’un de ces trois motifs, contre 13 % des salariés n’ayant pas de difficultés à concilier travail et famille. L’ambiance de travail est également un critère important.

La rédaction vous conseille

> Révolution robotique : 58 millions de nouveaux emplois nets d’ici 2022
> Le salariat classique fait-il encore rêver les cadres ?
> 6 cadres sur 10 pensent à démissionner
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS