Coronavirus au Pérou : « A Cusco, du jour au lendemain, tout a changé. »

Coronavirus au Pérou : « A Cusco, du jour au lendemain, tout a changé. »
Mis à jour le 23/04/2020 - Publié le 20/04/2020

Dans le contexte de la pandémie du coronavirus et de notre tour du monde des expatriés français, stop au Pérou avec Claire, confinée en famille à Cusco.

Covid-19 & confinement : témoignage d’une Française au Pérou

Claire est venue au Pérou avec son mari et leurs deux enfants il y a 2 ans pour créer TrekkInka, une agence de tourisme francophone et solidaire. Elle habite à Cusco (le « nombril » du monde pour les Incas), au cœur de la cordillère des Andes ! Comment vit-il la situation actuelle, tant sur le plan personnel que professionnel ? Qu’est-ce que la pandémie change concrètement à son quotidien ? Parvient-t-elle à se projeter ?

« Nous sommes confinés depuis le 16 mars 2020, date à laquelle le Président péruvien a décrété l’état d’urgence au Pérou. »

Claire : Tout est arrivé très vite pour protéger le pays absolument pas préparé à faire face à une crise sanitaire. Ici, à Cusco, les masques sont obligatoires pour sortir dans la rue. Nous pouvons en acheter dans les commerces et pharmacies. Mais sont-ils de qualité ? J’en doute !

« Depuis le confinement, du jour au lendemain, nous n’avons plus de travail. »

Il y a 2 mois, nous avons repris en location une maison d’hôtes (La Maison chez Claire et Juan à Cusco). Depuis le confinement, du jour au lendemain nous n’avons plus de travail et toutes les réservations que nous avions pour cette année se sont annulées les unes après les autres.

Cette situation est très préoccupante pour la ville et la région qui vit essentiellement du tourisme.  C’est aussi inquiétant pour la population qui vit au jour le jour, sans aucun filet de sécurité. Quant à nous, nous sommes bien sûr aussi inquiets pour notre jeune agence : il va falloir se battre pour se maintenir en attendant que le tourisme reparte.

 

« Les touristes ont quitté la ville qui s’est éteinte. »

Cusco est calme, comme en suspens. Il n’y a plus personne dans les rues alors que nous allions commencer, en avril, la saison touristique après 4 mois de saison des pluies de novembre à mars. Au lieu de cela, nous sommes dans l’attente face à un avenir incertain professionnellement.

Cusco

« Difficile de se projeter en ne sachant pas combien de temps cette situation va durer. »

Le plus compliqué est de vivre au jour le jour, sans justement pouvoir faire de plan concret pour la suite. Cependant, j’essaye au maximum d'avoir des projets de développement, de continuer à nous faire connaître et en profiter pour repenser nos activités en étant positive sur une future reprise l’année prochaine.

« J’aime profondément mon métier et ma vie à Cusco. Nous avons mis tout notre cœur pour construire une agence et une maison d’hôtes à notre image et à la hauteur de nos rêves. Cette période nous remet en question, nous donne à réfléchir sur ce que l’on souhaite conserver ou changer. Je ne sais pas si je vais y arriver, mais en tous les cas je vais essayer ! »

Lire aussi >> Confinement/reconversion : avez-vous pensé à changer de métier ?

« Nous avons créé une cagnotte solidaire. »

J’ai envie de continuer à y croire, à chercher des solutions à notre échelle pour soutenir les personnes que l’on peut aider, notamment toutes ces familles qui ont travaillé pour nous et qui nous ont donné de leur temps et de leur énergie. A notre tour d’être présents en ces temps difficiles. Nous avons donc créé une cagnotte solidaire en soutien aux familles péruviennes. On n’a pas le droit d’abandonner et de baisser les bras après avoir mis tant d’énergie dans ce projet de vie que nous avons, mon mari et moi. Il faut se battre pour nous et pour les autres.

« Au Pérou la vie est belle, joyeuse et, quand le temps le permettra, voyagez, venez au Pérou ! C’est magique ! »

  Propos recueillis par Natacha Le Jort

La rédaction vous conseille

> Coronavirus en Irlande : « A Dublin, la vie est à l’arrêt. »
> Coronavirus : « Au Mexique, la vie est injuste. »
> Coronavirus en Thaïlande : « A Koh Samui, la solidarité est exemplaire. »
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS