Charges du micro-entrepreneur

En 2021, les charges sociales du micro-entrepreneur se stabilisent. Voici un panorama des différentes charges des micro-entrepreneurs et les changements à prévoir.

Les taux de cotisations se stabilisent en 2021 pour le micro-entrepreneur


Source : portail-autoentrepreneur.fr

Quels sont les nouveaux plafonds de chiffre d’affaires du micro-entrepreneur ?

Source : portail-autoentrepreneur.fr

En 2018, le plafond pour le micro-entrepreneur à ne pas dépasser est de :

  • 165 600 euros par an pour la vente de marchandises
  • 66 200 euros par an pour des prestations de service
ACTU >> Le plafond du chiffre d'affaires des micro-entrepeneurs double en 2018 ?

Legal start créer entreprise
Creez et gérez votre entreprise en ligne avec Legalstart

Fin de l’exonération de la taxe liée à la Contribution foncière des entreprises (CFE)

Cette contribution concerne l’ancienne taxe professionnelle qui est à payer pour le micro-entrepreneur avant le 15 décembre de chaque année.

Son exonération a été supprimée. Elle concerne donc tous les micro-entrepreneurs, même en cas de chiffre d’affaire nul. Le montant est décidé par les municipalités selon un barème.

A ne pas oublier : le paiement de la taxe de formation professionnelle

Elle est répartie selon le barème suivant : 0,10 % pour les commerçants, 0,20 % pour les professions libérales et les prestations de services et 0,30 % pour les artisans (à l’exception des artisans situés en Alsace où le taux s’établit à 0,17 %).

L’ACCRE (aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise) permet une réduction des cotisations sociales

L’aide aux chômeurs créant ou reprenant une entreprise consiste pour un micro-entrepreneur demandeur d’emploi à être exonéré tout ou partie de ses cotisations sociales lors des premières années d’activité. L’exonération peut durer jusqu’à 3 ans.

Il suffit de remplir et envoyer un formulaire au centre de formalité des entreprises (CFE) compétent avec d’autres documents demandés et ce dès la création d’entreprise ou dans les 45 jours suivant l’inscription.

Une réponse est donnée dans un délai d’un mois de la part de l’URSAFF. Sans réponse passé ce délai, l’exonération est accordée automatiquement. Celle-ci débute dès le début de l’activité du micro-entrepreneur.

Ajouter
Partager