Travailler aux Etats-Unis

Et si vous faisiez également partie du rêve américain ? Avant de traverser l’Atlantique, n’hésitez pas à vous renseigner sur le marché de l’emploi américain.

Travailler aux Etats-Unis

L’emploi par Etat

Les Etats-Unis ne manquent pas de faire rêver des millions d’individus à travers le monde. Cet attrait sans cesse renouvelé s’explique par un marché de l’emploi particulièrement ouvert dans certains secteurs (informatique, nouvelles technologies, tourisme, finance…) dont certains sont associés presque naturellement à la France (mode, industrie du luxe, restauration…).

Avant de se lancer, il convient de regarder les besoins en fonction de chacun des Etats car ils n’ont pas les mêmes exigences. Ainsi, tandis que la Californie recherche essentiellement des spécialistes dans la biotechnologie et l’agroalimentaire, la Floride, pour sa part, est davantage orientée dans l’éducation, la science ou l’art !

Avant de partir travailler aux États-Unis

Les Etats-Unis sont très populaires en France comme destination d’expatriation.

Ce qui rend l’opération aussi excitante que difficile. Le plus grand challenge est de dérocher un permis de travail. Il existe toute une variété de visas en fonction des publics concernés (étudiants, stagiaires, professeurs, professionnels…). Protectionnistes, les Etats-Unis n’admettent l’occupation d’un métier que si votre présence est justifiée et qu’aucun Américain ne pourrait occuper efficacement votre place. C’est souvent votre futur employeur qui en apportera la preuve en engageant un avocat. Evidemment, il faut déjà représenter une certaine valeur pour qu’un employeur se lance dans  un tel processus.

Il existe également des traités entre la France et les Etats-Unis qui permettent d’obtenir plus rapidement un visa. Sans parler de la fameuse « Green Card » que l’on peut acquérir à l’occasion d’une loterie qui dépend de son lien familial, de son activité professionnelle, de ses compétences particulières (sportif de haut niveau, inventeur…).

Quant à votre niveau d’anglais, il doit être très bon, voire excellent. Une entreprise ne va pas vous embaucher pour vous aider à améliorer vos aptitudes linguistiques. C’est parce que vous maîtrisez déjà l’anglais que vous pouvez postuler. D’où une formation préalable à l’anglais indispensable avant de caresser le rêve américain. Vous veillerez pareillement à bien faire traduire vos expériences professionnelles et diplômes.

Lire aussi >> Les cadres ont-ils un bon niveau d’anglais ?

Qui recrute aux Etats-Unis ?

Les PME sont les gros employeurs en particulier dans le secteur des services (soins médicaux, commerce de gros, laboratoires pharmaceutiques…) mais aussi les services et centres de recherche. Ces métiers sont destinés au minimum aux bac+4/5 et s’exercent dans certaines régions ou villes, telle que Boston en matière de produits pharmaceutiques et de logiciels, par exemple, ou New York pour les activités financières.

L’artisanat reste une branche relativement ouverte. Là où le savoir-faire et la « French Touch » peuvent gagner des points (boulangerie, coiffure...). N’hésitez pas à regarder les heures de travail, les conditions de cotisations et les congés… certains sont dissuadés pour beaucoup moins que ça.

Lire aussi >> Les meilleurs pays où s’expatrier

Vous adapterez votre CV aux exigences locales et tenterez de vous démarquer, notamment auprès des agences nationales pour l’emploi. Certains accords ont été mis en place pour faciliter l’implantation d’entreprises étrangères, notamment le SelectUSA ou pour créer sa start-up grâce au service Atlas !

Lire aussi
> Travailler à l'étranger
> Trouver un emploi au Canada
> Plus d’1 Français sur 3 envisage de travailler à l’étranger

Ajouter
Partager