Célia, 25 ans : « Je ne me sentais pas alignée au niveau de mes valeurs dans mon précédent emploi »

Célia, 25 ans : « Je ne me sentais pas alignée au niveau de mes valeurs dans mon précédent emploi »

A 25 ans, Célia a déjà passé le cap de la reconversion professionnelle : après une première expérience dans le domaine de la communication politique, elle réalise que la vie dans le bureau et les rythmes de travail intenses (voyages hebdomadaires) ne lui convenaient pas. Aujourd'hui, elle se consacre pleinement à sa passion, qu'elle a développé lors du confinement : la photographie.

Qu’est-ce qui vous a amené à effectuer votre reconversion professionnelle ?

Les principales raisons qui m’ont poussée à la reconversion sont le fait que je ne me sentais pas alignée au niveau de mes valeurs dans mon précédent emploi et que je ne me sentais pas utile. Mon environnement de travail ne me correspondait pas du tout et je ne m’y sentais pas à l’aise, comme si je n’étais pas réellement à ma place. La photographie est ma passion de toujours, c’est d’ailleurs grâce à elle que j’arrivais à évacuer les tensions et me libérer des soucis du quotidien.

Comment est-ce que vous avez passé le cap concrètement ?

Je me suis d’abord beaucoup documentée sur l’auto-entrepreneuriat. J’ai également questionné des personnes ayant fait une reconversion professionnelle pour recueillir différents témoignages et me préparer aux obstacles auxquels j’aurais pu être confrontée. Ensuite, j’ai contacté la BGE pour leur exposer mon projet et ils m’ont accompagnée dans la création de mon entreprise, ce qui m’a été d’une grande aide car cette première étape n’est pas la plus facile. En parallèle de l’élaboration de mon étude de marché, j’ai pris de temps de me former en ligne et de m’exercer toutes les semaines, notamment pendant le confinement. J’ai ensuite commencé à démarcher mes premiers clients tout en continuant à peaufiner mon offre. Cela m’a pris environ 6 mois pour avoir un projet clair et bien défini.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir photographe ?

J’ai choisi de devenir photographe car c’est le métier que j’ai toujours voulu exercer. Après le lycée, on m’a incitée à choisir des études qui pouvaient soit disant m’offrir plus de débouchés et me donner davantage de sécurité au niveau financier. N’ayant que peu d’expérience dans le monde du travail, je ne savais pas quels métiers pourraient me plaire, ni dans quelles conditions je souhaitais exercer mon métier (à l’étranger ou en France, avec horaires fixes ou non…). Ce ne sont pas vraiment des questions que l’on se pose à 18 ans.

Après ma première véritable expérience professionnelle dans le domaine de la communication politique, je me suis rapidement rendue compte que la vie de bureau ne me plaisait pas, ni les voyages express à l’étranger toutes les semaines, j’ai aussi réalisé que je ne voulais plus sacrifier mon temps libre pour mon travail, que je souhaitais davantage de reconnaissance au quotidien et davantage de liberté. Aujourd’hui, dans mon métier de photographe, je n’ai plus ces frustrations : je m’organise comme je le souhaite, les journées ne se ressemblent pas, j’ai de la reconnaissance de la part de mes clients, et surtout je prends beaucoup de plaisir à créer !

Êtes-vous satisfaite de votre reconversion ?

Je suis satisfaite de ma reconversion ! Ce serait mentir de dire que ce choix a été facile et que c’est simple au quotidien mais je ne le regrette pas. Je me utile dans ce que je fais, mon quotidien me plaît et j’ai pu faire de très belles rencontres grâce à cette reconversion.

Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous avez dû faire face lors de votre reconversion ?

Je pense que la plus grande difficulté pour moi a été d’être patiente et de rester motivée alors que je ne savais pas si mon projet porterait ses fruits ou non. J’ai voulu abandonner à maintes reprises…

Il est également difficile d’être confronté à des personnes qui ne croient pas en notre projet et qui nous laissent penser que nous ne prenons pas la bonne décision. Je pense qu’il faut savoir écouter les conseils des autres et prendre du recul mais sans se laisser influencer car cela reste nos objectifs, nos besoins et nos envies, et non ceux des autres.

3 conseils pour chaque personne qui désire se reconvertir

  • Être patient et persévérant !
  • S’entourer : je pense qu’il est important d’être soutenu au quotidien dans sa reconversion car ce n’est pas forcément une période facile
  • Ne pas hésiter à questionner les autres, à demander des conseils, à rejoindre des associations ou des collectifs

Ajouter
Partager


Votre commentaire :