Aurélie, 32 ans : « J'avais l'impression d’arriver au bout de quelque chose »

Aurélie, 32 ans : « J'avais l'impression d’arriver au bout de quelque chose »

Après des années dans le milieu de la communication, Aurélie décide de réaliser son rêve de toujours : travailler avec les enfants. Découvrez son parcours, ce qui l'a amené à passer le cap et ses 3 conseils pour réussir votre reconversion professionnelle. 

Qu’est-ce qui vous a amené à effectuer votre reconversion professionnelle ?

Je travaillais à l’époque en tant que Responsable Communication dans une concession Harley Davidson et je commençais à ne plus trouver de « passion » pour mon travail, avec cette impression d’arriver au bout de quelque chose. Je suis tombée enceinte et je me suis dit qu’il fallait que je change. Alors j’ai décidé de quitter mon travail.

Après l’accouchement, je me suis mise à réfléchir sur ce que j’allais faire après mon congé parental. Je regardais les offres d’emploi dans la com et je ne trouvais plus l’inspiration ni la motivation de travailler dans ce milieu. Alors j’ai fait un petit bilan avec moi-même. Je me suis rappelée qu’au fond j’avais toujours voulu travailler avec les enfants.

Comment est-ce que vous avez passé le cap concrètement ?

J’ai commencé à regarder les formations, mais je n’avais pas envie de retourner sur les bancs de l’école. Educatrice de Jeunes Enfants, voilà ce qui me plaisait, mais avant de me lancer je me suis dit qu’il valait mieux commencer par une formation plus courte et qui me mette dans le bain pour être sûre que je ne fais pas d’erreur. Alors j’ai commencé une formation à distance pour un CAP AEPE (anciennement Petite Enfance). Mes stages ont confirmé cette envie, ce plaisir, cette volonté de continuer là-dedans.

Après plusieurs années dans la communication et l’événementiel, pourquoi avez-vous choisi une reconversion dans le domaine de la relation humaine avec les enfants ?

Comme je le disais plus haut, depuis le collège/lycée je voulais faire ça. Mais à l’époque les études « courtes » étaient mal vues, je me suis fait mal conseillée et je suis partie dans la com. Pourtant, les relations humaines m’ont toujours intéressée, je m’étais même dit qu’Assistante Sociale m’aurait plu. Ceci dit, au début j’appréciais énormément ce milieu là aussi. Je pense que lorsqu’on devient un peu plus mature, avec l’expérience, on se rend compte qu’on n’est pas forcément à l’aise et on se remet en question.

Etes-vous satisfaite de votre reconversion ?

Très ! D’ailleurs je continue sur ma lancée car j’aimerais réaliser par la suite une VAE pour arriver à être éducatrice de jeunes enfants et peut être un jour monter un projet qui me tient à cœur : une structure d’accueil de jeunes enfants avec une ferme pédagogique avec des ateliers pour petits et grands, multigénérationnels.

Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous avez dû faire face lors de votre reconversion ?

Je n’ai pas vraiment eu de difficultés. Mes proches étaient avec moi. La seule administration qui m’a déçu c’est Pôle Emploi. Incapable de m’accompagner, de m’écouter. Heureusement que je suis une personne débrouillarde et qui s’en sort. Mais je pense à tous ces gens perdus, qui voudraient des réponses, de l’accompagnement et qui ne trouve que des personnes fermées en face.

3 conseils pour chaque personne qui désire se reconvertir

  • Faire un bilan soit avec une structure spécialisée, soit avec soi-même pour savoir où se diriger
  • être accompagné pour ne pas lâcher en cours de route. Surtout si la formation est longue et « difficile »
  • ne jamais douter de soi. Quoiqu’il arrive vous y arriverez !

Ajouter
Partager


Votre commentaire :