1. Nouvelle Vie Professionnelle
  2. >
  3. Témoignages
  4. >
  5. Faire le point
  6. /
  7. S'informer
  8. /
  9. Créer son entreprise
  10. >
  11. Michaël Girard, 36 ans : « Être son propre patron apporte son lot de fierté, la possibilité de devenir un acteur majeur de l’entrepreneuriat en France. »

Michaël Girard, 36 ans : « Être son propre patron apporte son lot de fierté, la possibilité de devenir un acteur majeur de l’entrepreneuriat en France. »

Michaël occupait un poste de directeur des achats dans un grand groupe avant de décider de changer de vie professionnelle. Créateur de la marque de mode haut de gamme KOSELYA, il est devenu président d’une SAS pour lancer sa ligne de vêtements, homme et femme : « Je n’ai pas suivi de formation particulière pour la création d’entreprise. Seule mon expérience professionnelle a été ma formation. »

Michaël a vécu sa reconversion professionnelle comme une expérience enrichissante, heureux de pouvoir aujourd’hui exprimer ses envies, passions, au travers de ce qu’il aime : les beaux vêtements. Il prend ses propres décisions, en assume seul les conséquences, positives comme négatives…

Quel a été le déclic de votre reconversion professionnelle ?

« Le déclic, je l'ai toujours eu. Malheureusement c'est comme l'envie d'arrêter de fumer : ce n'est jamais le bon moment. Mais le bon moment pour la création de ma marque, c'est lorsque que je n'ai pas repris un nouveau cycle dans mon ancien métier : les achats. J'ai donc décidé de quitter mon entreprise avant le renouvellement de ce cycle. »

Adieu, la réunionite aiguë. Bonjour les réseaux sociaux et la communication : « Aujourd'hui je me considère d'avantage comme un community manager. Je recherche les partenariats possibles : stars, blogueurs et youtubeurs qui me permettront d'étendre la renommée de ma marque. Bien sûr je ne parle pas du temps consacré aux idées de futures collections, nouveaux produits ou nouvelle gamme. »

Avez-vous été aidé pour votre création d’entreprise ?

« Malgré le fait que dans mon ancien métier, j'avais une obligation de maîtriser la finance, la comptabilité, le droit des affaires ou des entreprises afin d'effectuer au mieux les achats, il m'a fallu demander conseil. J'ai donc utilisé mes compétences pour établir un premier jet sur mes orientations futures, que j'ai fait valider par ma comptable / commissaire aux comptes (avec qui je travaille depuis des années dans le cadre de la profession libérale de ma femme). »

> Vous souhaitez créer votre entreprise ? Consultez notre dossier complet

Pour son entourage, l’annonce de sa réorientation professionnelle a été un choc

« Non pas sur le choix de la marque, mais sur le fait que je quitte un emploi très bien rémunéré, avec beaucoup d'avantages, pour un projet sans certitudes, ni avenir, ni revenus dans un premier temps de création d'entreprise. On peut comprendre que beaucoup de personnes n'osent pas se lancer... Car il faut toujours de l'argent, et beaucoup d'argent même, pour tenter l'aventure. Malgré mes fonds propres, cela n’était pas suffisant. Il a fallu que je fasse appel à des associés pour financer une partie de mon projet. »

Les conseils de Michaël pour créer son entreprise dans le cadre d’une reconversion professionnelle :

  1. Il faut être bien entouré, c'est à dire avoir un proche prêt à partager l'aventure. C'est important de pouvoir compter sur quelqu’un. Car on a toujours des moments de doutes et il faut pouvoir en parler.

  2. Ensuite il faut être bien accompagné fiscalement, ainsi que d’un point de vue comptable. L'aspect financier reste le nerf de la guerre, il ne faut pas penser à jouer "serré". Au contraire il faut prévoir l'imprévisible, surtout d'un point de vue administratif.

  3. Mon dernier conseil est d'être très rigoureux, patient... car là aussi l'administration française a de quoi donner le tournis. Cela me fera toujours penser au dessin animé : Les 12 travaux d'Astérix. Le moment où Astérix doit avoir le formulaire X, mais pour cela il doit avoir le A, puis le B, puis le C…

Globalement, Michaël tire un bilan très positif de sa reconversion, content de se lever tous les matins avec « la boule au ventre » pour SON entreprise

« Je préfère me lever le matin avec la boule au ventre pour mon entreprise, que de me lever la boule au ventre pour un patron. Même si on dit toujours : "Ce n'est qu'un boulot, faut pas se rendre malade", pour bien faire on y met toujours les "tripes". 

Tout cela reste une aventure humaine et professionnelle magnifique. Le futur appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves : alors vivez-les ! »

 Propos recueillis par Natacha Le Jort


Tous les témoignages de reconversion professionnelle

Ajouter
Partager


Votre commentaire :