Pascaline Sellier, 26 ans : « Surtout, ne pas avoir peur de se lancer ! »

Pascaline Sellier, 26 ans : « Surtout, ne pas avoir peur de se lancer ! »

Découvrez la reconversion de Pascaline Sellier qui, après avoir été vétérinaire pendant plus de 2 ans, décide de prendre le virage de la reconversion pour mettre à profit ses compétences et devenir chargée d'affaires réglementaires.

Quel est votre ancien métier ?

Pascaline Sellier : « J'étais vétérinaire, diplômée il y a plus de 2 ans ; j’ai travaillé au sein de différentes cliniques dans le secteur des animaux de compagnie. »

Lire aussi >> 52 % des actifs aimeraient changer de métier

Pourquoi avoir changé de métier ?

« Pour des raisons multiples j’ai souhaité changer de voie, notamment des soucis de santé m’empêchant sur le long terme de continuer à travailler en clinique d’une part et le travail en clientèle qui ne correspondait plus à mes attentes (rythme de travail, contact avec le grand public). Je me suis donc dit que c’était le moment de mettre à profit mon diplôme et mes connaissances dans un secteur différent. En faisant quelques recherches sur la reconversion, j’ai réalisé qu’une formation complémentaire s’avérait souvent nécessaire. »

Quelle formation avez-vous suivie ?

« J’ai choisi de me former au sein de l’école d’ingénieur AgroParisTech où je suis actuellement le MASTÈRE SPÉCIALISÉ ALISéE « Management des risques sanitaires, alimentaires et environnementaux » couplé au Master II de droit « Droit de la sécurité sanitaire, alimentaire et environnementale » de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ce double diplôme étant une opportunité proposée par l’alliance entre ces 2 établissements. »

Lire aussi >> Tout savoir sur la formation continue

« Le sentiment d’être utile et de faire avancer les connaissances en termes de santé humaine, mais aussi de la protéger au mieux dans un monde où les risques qui peuvent l’atteindre sont en perpétuelle évolution, sont les aspects de mon futur métier qui me correspondent. » Pascaline Sellier

Quels projets pour demain ?

« J’aspire à évoluer dans le secteur public, toujours dans le domaine de la santé humaine et/ou animale, au sein d’agences sanitaires publiques comme l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), l’ANSM (Agence nationale de santé et du médicament) ou encore au sein d’un ministère en tant qu’évaluateur scientifique des risques, ou bien comme chargée d’affaires réglementaires. »

Lire aussi >> Quels sont les secteurs qui recruteront le plus en 2020 ?

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait se reconvertir ?

  1. Faire mûrir votre projet : bien se renseigner auprès des personnes dont le métier/secteur professionnel vous attire, pour approfondir votre projet de reconversion, avoir différents avis.
  2. Trouver la bonne formation : se rapprocher des professionnels du secteur, et ne pas hésiter à les questionner sur les profils recherchés et les éventuelles formations nécessaires pour les compléter car il en existe une multitude dont il est parfois peu évident d’avoir connaissance, ni même de savoir si elles sont réellement un tremplin pour une future reconversion.
  3. Surtout ne pas avoir peur de se lancer !

La rédaction vous conseille

> Création d’entreprise : ces Français qui se sont reconvertis
> Reconversion : ces Français qui sont devenus artisans
> 10 raisons de se reconvertir
Ajouter
Partager


Votre commentaire :