Congés payés et RTT : les conséquences du covid‑19 sur nos vacances

 3 MIN

En bref

Ces assouplissements sont valables jusqu’au 31 décembre 2020 et entrainent :

• une réduction du délai dont dispose l’employeur pour modifier ou imposer les dates de congés payé (CP). Un jour seulement avant le départ en vacances contre un mois auparavant, sous réserve d’accord d’entreprise ou de branche ;

• la possible imposition par l’employeur sans accord de la pose de RTT ou de jour d’un compte épargne temps (CET) aux dates qu’il souhaite. Dix jours maximums sont imposables. Le délai de prévenance doit être d’un jour franc ;

• le possible refus à deux salariés mariés ou pacsés d’une même entreprise de partir aux mêmes dates.

Délai réduit pour modifier les dates de congés

L’employeur peut désormais modifier ou imposer vos dates de CP jusqu’à l’avant-veille de votre départ en vacances. Auparavant le délai de demande de modification était d’un mois. Deux conditions sont impérativement à respecter par l’employeur. D’une part un accord de branche ou d’entreprise doit avoir été signés avec les syndicats. D’autre part six jours ouvrables au maximum peuvent être modifiés ou imposés par votre employeur. Ces six jours peuvent être imposés de façon continue ou fractionnés.

Lire aussi >> Télétravail : mon employeur peut-il refuser ? 

La règle change aussi pour un couple travaillant dans la même entreprise

Autre modification, la possibilité de se voir refuser un départ en vacances au même moment que son conjoint. L’employeur peut désormais s’opposer à un départ simultané de deux salariés d’une même entreprise mariés ou pacsés chose impossible auparavant.

RTT et CET, des conditions encore plus souples

Concernant les RTT et les jours d’un CET (Compte Epargne Temps), l’assouplissement des règles est plus important. Aucun accord d’entreprise ou de branche n’est nécessaire. Votre employeur peut désormais vous imposer la pose de dix jours maximums de RTT ou d’un CET. Il peut aussi modifier la date des jours que vous aviez posés. Seule règle pour lui à respecter, un délai de prévenance d’un jour franc.
Attention, dès lors que votre employeur a respecté les conditions et les limites posées par l’ordonnance, tout refus de votre part peut être considéré comme une faute et vous expose à une sanction disciplinaire.

La question du dédommagement est encore en suspens

Concernant d’éventuels dédommagements de vos frais de réservations de logement ou de transport, il est pour l’instant impossible de savoir si votre entreprise a l’obligation de vous les rembourser totalement ou partiellement. Plusieurs actions en justice sont actuellement en cours, elles permettront d’y voir plus clair.

Lire aussi >> Covid-19 : quels sont les secteurs d’activité les plus touchés par la crise en France ? 
>> Les Français prennent en moyenne 33 jours de congés payés et de RTT

Par Jean Baptiste Fauquenot

Catégories
  • Non classé
NVP_admin

Par L'équipe Nouvelle Vie Pro

Partager cet article :
La rédaction vous conseille

2022 Tous droits réservés