1. Nouvelle Vie Professionnelle
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Formation
  6. /
  7. Mobilité
  8. >
  9. Formation : 33 % des salariés souhaitent se reconvertir grâce au CPF

Formation : 33 % des salariés souhaitent se reconvertir grâce au CPF

Formation : 33 % des salariés souhaitent se reconvertir grâce au CPF
Mis à jour le 05/06/2018 - Publié le 24/05/2018

Avec le compte personnel de formation crédité en euros, un tiers des salariés envisage d’utiliser ce budget pour une formation destinée à se reconvertir.

Les ouvriers (42 %) sont les plus nombreux à faire le choix de se former pour se reconvertir

D’après le sondage réalisé par BVA pour le baromètre de l’employabilité BPI group, plus de 4 ouvriers sur 10 sont prêts à effectuer une formation destinée à se reconvertir, si la réforme de la formation professionnelle est votée. Ils ont cependant peu d’engouement pour les formations relatives aux nouvelles technologies ; seulement 10 % font ce choix de formation.

Les employés sont 37 % à suivre le pas des ouvriers et à souhaiter se former pour se reconvertir, surtout s’ils travaillent dans le secteur privé. A noter qu’en province, les actifs sont plus nombreux à suivre cette démarche de changement de vie grâce au CPF que les Franciliens.

Lire aussi >> Le compte personnel de formation (CPF) crédité en euros dès 2019

Les plus de 50 ans (23 %), les salariés du secteur public (24 %) et les cadres (26 %) sont quant à eux moins enclins à se former pour changer de métier.

L'info en +

34 % des ouvriers bénéficient chaque année d'une formation, contre 66 % des cadres !

36 % des cadres

souhaitent renforcer leur expertise grâce au futur CPF.

Les jeunes salariés souhaitent se former pour s’adapter à l’évolution de leur métier

41 % des salariés âgés de 15 à 29 ans comptent utiliser leur budget de formation pour s’adapter au mieux aux évolutions de leur métier. Et un peu plus du tiers des 30-39 ans sont prêts à suivre la même formation.

Les ouvriers (23 %) et les salariés de 40-49 ans (26 %) montrent moins d’intérêt pour ces formations en lien avec l’évolution de leur métier que les cadres (35 %) et les employés (32 %).

Lire aussi >> Les cadres doivent maîtriser de nouvelles compétences

Peu de salariés sont prêts à préparer un diplôme ou à se former aux nouvelles technologies

Avec la monétisation du CPF, les salariés envisagent moins d’aller vers des formations liées à l’obtention d’un diplôme (15 %) ou celles relatives aux nouvelles technologies comprenant les outils digitaux du quotidien professionnel (14 %).

Lire aussi >> Révolution au travail : les grandes tendances du futur

C’est dans les entreprises de plus de 500 salariés que l’on trouve le plus grand nombre d’actifs qui souhaitent bénéficier de formations dédiées aux nouvelles technologies (20 %), surtout s’ils travaillent en Ile-de-France.

Le CPF doit encore convaincre

Si la réforme est votée, les hommes sont plus nombreux à ne pas penser recourir à leur droits CPF pour se former (20 %) que les femmes (14 %). Quant aux seniors et aux ouvriers, la même proportion (29 %) pense pouvoir se passer de l’utilisation du budget CPF en euros.

Au total 17 % des salariés sondés ne comptent pas utiliser leur budget CPF.

Or, d’après Sabine Lochmann, présidente du Directoire de BPI group, il est « urgent de renforcer, voire de développer son employabilité dans un pays toujours marqué par un profond chômage de masse ».

 Par Djiba Diallo

La rédaction vous conseille

> Emploi et révolution numérique : quelles compétences pour demain ?
> Plus de 5 millions de personnes ont ouvert leur CPF
> Utilisez vos heures DIF avant 2020 !
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS