1. Nouvelle Vie Professionnelle
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Métiers
  6. /
  7. Création d'entreprise
  8. >
  9. Quels métiers ou études pour devenir riche ?

Quels métiers ou études pour devenir riche ?

Quels métiers ou études pour devenir riche ?
Mis à jour le 31/01/2018 - Publié le 08/01/2018

Même s’il n’existe pas de recette miracle pour devenir riche, études de commerce, métier d’ingénieur ou fonctions dans la vente seraient plus propices.

Comment devenir riche ?

D’après les questions les plus posées en 2017 sur le moteur de recherche de Google, dans la série des requêtes « comment devenir... », les Français rêvent de devenir riches, auto-entrepreneurs ou députés. Pour essayer de répondre à la requête n° 1 de ce top : « comment devenir riche ? », personne ne connait le cursus qui mène tout droit à la fortune, ni même s’il faut impérativement suivre des études pour y parvenir. Toutefois, une étude américaine récente d’Aaron Wallis donne quelques statistiques intéressantes sur les contextes concrets qui ont permis à certains de réussir particulièrement bien financièrement.

Les milliardaires sont-ils riches par héritage ou conquête personnelle ?

Dans son étude intitulée « What makes a Billionaire » (« Qu’est-ce qui fait un milliardaire »), Aaron Wallis, l’entreprise spécialisée dans le recrutement s’est intéressée aux 100 personnes les plus fortunées du monde selon le classement incontournable de Forbes. S’il s’avère que la richesse de 30 % de ces milliardaires était le fruit d’un héritage, il reste bel et bien 70 % des milliardaires qui ont fait fortune à la sueur de leur travail ou du fait de leur ingéniosité.

En bref

En France, Challenges a également réalisé un classement des 150 premières fortunes de France et les résultats semblent contredire l’étude américaine. Ici, près de 60 % de ceux qui sont riches le sont par héritage. Le modèle français semble loin de l’american dream of life.

Le premier emploi qui a mené à la fortune la plupart des milliardaires qui n’ont pas commencé par monter leur propre boite était un job de vendeur. Suivi par négociant en bourse, développeur de logiciels ou ingénieur. Mais d’une manière générale, l’ingénierie est la voie la plus directe vers la richesse.

En France, ce sont les écoles de commerce qui remportent de peu la course à la richesse. HEC, ESSEC ou EBS, les écoles de commerce engrangent les réussites de leurs alumni. 

Lire aussi >> French Tech : 5 start-up ont levé 300 millions d’euros

Self Made Man ou la réussite des autodidactes

Les études aident grandement, mais elles ne constituent pas toujours la voie royale pour se hisser au sommet. Les autodidactes ont encore de la marge. L’exemple souvent cité est celui de François Pinault qui caracole à la 7e place des grandes fortunes au palmarès de Challenges alors qui n’a même pas obtenu le Bac.

Plus étrange encore mais aussi plus encourageant, on trouve dans le classement un ancien expert-comptable, un architecte, et même dans l’étude américaine un traducteur ! Comme quoi tout est permis même si l’absence de diplôme est plus facilement gérable dans un pays anglo-saxon qu’en France.

En conclusion : aux États-Unis, nombreux sont les vendeurs qui ont fait fortune. Cela en dit long sur la mentalité à adopter pour réussir. Si vous aimez la vente et que vous maîtrisez l’anglais, peut-être vous laisserez-vous tenter par l’aventure outre-Atlantique…

 Par Sébastien Barnier

La rédaction vous conseille
> Travail : ce qui change en 2018
> Top 10 des métiers dont les salaires vont augmenter en 2018
> Recrutement : les qualités les plus recherchées

Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS