Formation : ce qui change en janvier 2019

Formation : ce qui change en janvier 2019
Mis à jour le 28/06/2019 - Publié le 28/12/2018

Découvrez ce qui change pour la formation professionnelle dès janvier 2019. Compte personnel de formation (CPF) en euros, fin du congé individuel de formation (CIF)…

Le compte personnel de formation (CPF) crédité en euros

Les heures inscrites sur votre compte personnel de formation (CPF) ainsi que les heures acquises au titre du droit individuel à la formation (DIF) au 31 décembre 2018 sont converties en euros à raison de 15 euros par heure. Ce taux de conversion a été publié au Journal officiel dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle continue.

Ainsi, à partir du 1er janvier 2019 votre CPF est comptabilisé en euros et non plus en heures, comme c’était le cas précédemment. 500 euros par an pour un salarié à temps plein, avec un plafond de 5 000 euros. Pour les salariés non qualifiés (n’ayant pas un niveau V de qualification/CAP), ce sera un peu plus : 800 euros par an avec un plafond total de 8 000 euros.

CPF en euros

Le CPF, principal dispositif permettant d’accéder à une formation, pour les salariés comme pour les demandeurs d’emploi, sera géré par la Caisse des dépôts qui lancera au second semestre 2019 l’application CPF permettant de choisir puis de noter une offre de formation.

>> Consultez votre compte activité pour connaître et utiliser vos droits la formation

Bon à savoir

Les droits acquis au titre du DIF jusqu’au 31 décembre 2014 (dispositif remplacé par le CPF en janvier 2015) restent utilisables jusqu’au 31 décembre 2020. S’il vous reste des heures, pensez à les utiliser avant cette date sinon elles seront perdues !

A titre d’exemple, si vous êtes salarié et n’avez jamais mobilisé vos heures DIF, au 1er janvier 2019 les 120 heures dont vous disposez peuvent être converties, soit 1 800 euros.

>> Utilisez vos heures DIF avant fin 2020 !

575 000

personnes utilisent leur CPF chaque année
(sur un total de 33 millions d'actifs).

D’après le Cnefop, « le choix du montant de 15 euros correspond à la moyenne des coûts horaires de formation constatés, à hauteur de 10 euros pour les demandeurs d’emploi et de 23 euros pour les salariés en 2018. » Sachez enfin que vous recevez chaque premier semestre d’une année ce que vous avez cotisé l’année précédente. Le montant CPF de janvier 2019 correspondra donc à l’année 2018.

Lire aussi >> Formation : 33 % des salariés souhaitent se reconvertir grâce au CPF

Que financer grâce au CPF ?

Toutes les formations aboutissant à une certification professionnelle reconnue, c’est-à-dire figurant dans le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), sont éligibles au compte personnel de formation. Un bilan de compétences ou une validation des acquis de l’expérience (VAE) peuvent également être financés par le CPF. Ainsi que le permis B et… le permis poids lourd !

Permis de conduire et CPF

Le congé individuel de formation (CIF) remplacé par le CPF de transition

Le congé individuel de formation (CIF) prend fin le 1er janvier 2019. Il est remplacé par le CPF de transition qui permet à « tout salarié de mobiliser les droits inscrits sur son CPF afin
que celui-ci contribue au financement d’une action de formation certifiante, destinée à lui permettre de changer de métier ou de profession dans le cadre d’un projet de transition professionnelle ». Ce nouveau dispositif permettra donc toujours aux salariés de se former pour acquérir une qualification supérieure ou de se reconvertir.

L'utilisation du CPF de transition professionnelle implique que le salarié mobilise ses « droits inscrits sur son CPF ». Si vous ne disposez pas suffisamment de crédit sur votre CPF, le CPF de transition professionnelle prend le relai afin de vous permettre de réaliser votre projet de reconversion en obtenant un financement complémentaire par le Fongecif.

D’après le directeur juridique de Centre Inffo, « l’offre de formation sera similaire à celle du CPF mais proposera moins de choix que le CIF, avec lequel on pouvait quasiment tout faire, même si les Fongecif pouvaient avoir, au final, le dernier mot. »

Des sessions d’information sur le conseil en évolution professionnelle (CEP)

En 2019, les opérateurs du CEP devront organiser des sessions d’informations afin de faire connaître, dès le premier entretien avec un salarié ou un demandeur d’emploi, les modalités d’accès et le contenu de ce dispositif gratuit.

Utilisé majoritairement par des demandeurs d’emploi (à 90%), le conseil en évolution professionnelle (CEP) évolue en 2019. Pôle emploi, les missions locales, l’Apec et les Cap emploi continueront à conseiller les demandeurs d’emploi. Les Fongecif et les Opacif proposeront leurs prestations aux salariés jusqu’à ce que France Compétences, établissement public,  désigne de nouveaux opérateurs, au plus tard le 31 décembre 2019.

Bon à savoir

Selon la loi, "l’opérateur du conseil en évolution professionnelle accompagne la personne dans la formalisation et la mise en œuvre de ses projets d’évolution professionnelle, en lien avec les besoins économiques et sociaux existants et prévisibles dans les territoires. Il facilite l’accès à la formation, en identifiant les compétences de la personne, les qualifications et les formations répondant aux besoins qu’elle exprime ainsi que les financements disponibles."

 Par Natacha Le Jort

La rédaction vous conseille

> Emploi et révolution numérique : quelles compétences pour demain ?
> Révolution robotique : 58 millions de nouveaux emplois nets d’ici 2022
> 10 millions de personnes ont changé de carrière en 2018
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS