Réforme des retraites 2023 : 7 points essentiels à savoir

 6 MIN

1. Réforme des retraites : décaler l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans en 2030

L’un des points clés et controversés de cette réforme des retraites de 2023 est l’âge légal de départ à la retraite repoussé à 64 ans en 2030.

L’objectif est de repousser l’âge légal de départ de 3 mois par année de naissance. Le gouvernement souhaite aussi accélérer l’allongement de la durée des cotisations à 43 ans dès 2027.

Autrement dit, vous devrez cotiser l’équivalent d’un semestre de plus par an. L’âge de la fin de décote restera à 67 ans.

44 ans

serait le nombre d’années de travail maximal par personne avec la réforme des retraites.

Les personnes nées après 1964 sont les plus concernées par la réforme des retraites 2023

L’âge légal de départ à la retraite est aujourd’hui fixé à 62 ans et 3 mois. Il augmentera progressivement pour atteindre l’âge de 64 ans en 2030.

Toutes les personnes nées après le premier septembre 1964 sont concernées par cette réforme, comme en témoignent les chiffres du gouvernement.

tableau reforme des retraites 2023
Source : service-public

Le gouvernement a mis en place un simulateur pour estimer votre âge de départ à la retraite et voir si vous êtes concerné par la réforme.

2. Réformer les retraites et augmenter le minimum de pension

La réforme prévoit d’augmenter la pension de retraite minimum de 100 euros brut par mois pour les personnes partant à la retraite dès le 1er septembre 2023.

Ainsi, un salarié qui a travaillé au SMIC toute sa vie bénéficierait de 1.200 euros brut par mois de pension de retraite au minimum.


●  Lire aussi

Les discussions sont toujours en cours sur la revalorisation de la pension minimum des retraités actuels. Mais la Première ministre promet d’appliquer la même revalorisation aux futurs retraités dès « cette année ».

200.000

nouveaux retraités seraient concernés par cette revalorisation de pension de retraite chaque année.

3. Retraites 2023 : vers la fin des régimes spéciaux

La réforme des retraites prévoit de mettre fin aux régimes spéciaux de retraite comme ceux de la RATP ou de la SNCF.

« Nous allons fermer la plupart des régimes spéciaux existants », a annoncé la Première ministre Élisabeth Borne le mardi 10 janvier à l’occasion de la présentation de son projet de réforme des retraites.

Qui est concerné ?

La mesure de fin des régimes spéciaux de retraite concernerait les nouvelles personnes embauchées et non les salariés et travailleurs actuellement en poste.

Ils seront désormais rattachés au régime général de retraite à partir du 1er septembre 2023.

La « clause du grand-père », déjà appliquée à la SNCF en 2018, consiste à appliquer une réforme progressivement et pas pour tous. Les générations anciennes restent donc à l’abri des changements qu’implique la réforme.

Quid des régimes autonomes ?

Les régimes autonomes de retraite qui concernent les travailleurs indépendants (professions libérales, avocats…) et ceux qui répondent à un traitement spécifique (marins, Comédie française…) ne seront pas concernés par la fin des régimes spéciaux.

4. Le gouvernement veut adapter le dispositif des carrières longues

La réforme des retraites 2023 prévoit de ne pas changer la décote de l’âge maximal de départ à 64 ans. Le gouvernement souhaite qu’aucun actif français n’ait à travailler plus de 44 ans.

Le dispositif des carrières longues continuera d’opérer : les personnes qui remplissent les conditions actuelles pourront partir 2 ans avant l’âge légal, soit à 62 ans au lieu de 64 ans (au lieu de 60 ans aujourd’hui contre 62 ans).

Les personnes ayant eu une carrière très longue pourront partir à la retraite dès l’âge de 60 ans, à condition d’avoir cotisé l’année d’assurance requise et majorée d’une année.

Si vous avez commencé à travailler à 16 ans, vous pourrez toujours partir à la retraite dès 58 ans à condition d’avoir suffisamment cotisé.

5. Réforme des retraites et handicaps en 2023

La réforme des retraites ne concerne pas les personnes en situation de handicap ou d’invalidité. Elles pourront partir dès l’âge de 62 ans avec un taux plein ou dès 55 ans à condition d’avoir suffisamment cotisé.

Le nombre minimal de trimestres pour les travailleurs handicapés est de 112 trimestres pour les personnes nées après 1972.

En revanche, la condition cumulative des conditions de trimestres validés sera supprimée. Elle est aujourd’hui fixée à 132 trimestres.

Et pour les incapacités permanentes à travailler ?

La réforme du gouvernement sur les retraites veut alléger les conditions pour les cas d’incapacités de travail permanentes.

Ainsi, toute personne ayant eu un accident du travail ou une maladie professionnelle ayant entraîné une incapacité d’au moins 10 % pourra partir à la retraite 2 ans avant l’âge légal sous réserve que les conditions de travail soient incompatibles avec cette incapacité.

Le gouvernement veut créer une « assurance vieillesse des aidants »

Cette assurance permettrait aux aidants de valider des trimestres supplémentaires.

Environ 40.000 personnes devraient profiter de ce dispositif chaque année.

6. Simplifier le calcul des cotisations pour les travailleurs indépendants

Un autre point clé de la réforme des retraites du gouvernement Macron est de simplifier le calcul des cotisations des travailleurs indépendants.

Le but est de rendre leurs droits à la retraite plus équitables et prévisibles et de parvenir à une « équité contributive entre les salariés et les indépendants ».

7. Le cumul emploi‑retraite entraînera des droits supplémentaires à la retraite

Aujourd’hui en France, une personne retraitée peut retrouver un emploi rémunéré tout en touchant une pension de retraite. Cela permet notamment aux seniors de compléter le montant de leur retraite.

La réforme présentée par Élisabeth Borne le mardi 10 janvier 2023 prévoit de créer des droits supplémentaires à la retraite pour les retraités qui cumulent le travail et la retraite (CER).

Les périodes cotisées à partir du 1er janvier 2023 ouvriront l’accès à de nouveaux droits. L’objectif est d’améliorer la pension pour les personnes pouvant justifier un taux plein et qui décident de reprendre une activité professionnelle après le départ à la retraite.

Le gouvernement souhaite rendre le dispositif cumul emploi-retraite plus attractif pour les seniors.


●  La rédaction vous conseille
Classé dans
  • A la Une
  • Incontournable
  —   Catégories
  • S'informer
  • Faire le point
Maelys Léon

Par Maelys Léon

Partager cet article :
La rédaction vous conseille
nouvelleviepro-reconversion-emploi-5-tendances
9 janvier 2023
  • Zoom emploi
  • Changer d'emploi
  • Créer son entreprise
  • Devenir indépendant
  • Faire le point
  • S'informer
  • Se former
À nouvel an, nouvel élan ✨
30 décembre 2022
    nouvelleviepro-reconversion-vers-qui-se-tourner
    27 décembre 2022
    • Incontournable
    • Faire le point
    • Changer d'emploi
    • S'informer
    Travail le dimanche : les professions les plus concernées
    22 décembre 2022
      nouvelleviepro-froid-travail-loi
      14 décembre 2022
        Voir toutes les actualités

        2023 Tous droits réservés