1. Nouvelle Vie Professionnelle
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Emploi
  6. /
  7. Métiers
  8. >
  9. Le travail en horaires décalés, une réalité pour beaucoup de salariés

Le travail en horaires décalés, une réalité pour beaucoup de salariés

Le travail en horaires décalés, une réalité pour beaucoup de salariés
Mis à jour le 27/08/2018 - Publié le 24/08/2018

Le soir, la nuit, le samedi et le dimanche... Les salariés français sont de plus en plus confrontés aux horaires atypiques de travail, selon la Dares.

Quatre formes de travail en horaires décalés

43,6 % des salariés sont soumis à au moins un horaire atypique en 2017, c’est-à-dire le soir (entre 20h et minuit), la nuit (entre minuit et 5h), le samedi ou le dimanche, selon l’enquête Emploi de l’Insee jumelée à une étude de la Dares. Ces quatre formes de travail atypiques évoquées sont cumulées par 11 % des salariés interrogés.

Lire aussi >> 1 Français sur 2 souhaite changer de vie professionnelle

Définition du travail en horaires atypiques

C’est le fait de travailler, pour une partie ou pour la totalité de ses horaires, le soir, la nuit, le samedi ou le dimanche, que ce soit sur le lieu de travail ou à domicile, selon la Dares.

Dans les professions ayant l’obligation d’assurer la continuité de la vie sociale, la sécurité des personnes et des biens et la permanence des services de soins, ces horaires décalés sont très habituels. Tout comme dans le commerce de détail, notamment du fait du développement du travail le dimanche et le soir.

La répartition du nombre de salariés travaillant en horaires décalés

  • Travail le samedi (35 %)
  • Travail le soir (23 %)
  • Travail le dimanche (19 %)
  • Travail la nuit (9 %)

Lire aussi >> Combien de temps pour aller au travail ?

Le travail le samedi est le plus fréquent

Parmi les horaires décalés, le travail le samedi concerne 8,3 millions de personnes. Cette enquête Emploi observe les pratiques des salariés sur une fenêtre de quatre semaines, sans distinction des heures effectuées sur le lieu de travail avec celles effectuées à domicile.

Près de 90 % des salariés

travaillent au-delà de l’horaire prévu.

Qui sont les salariés les plus soumis aux horaires atypiques ?

Les métiers où la présence féminine est plus forte

  • Les infirmières
  • Les aides-soignantes
  • Les sages-femmes
  • Les caissières
  • Les vendeuses
  • Les aides à domicile
  • Les aides ménagères
  • Les agents d’entretien

Les métiers où la présence masculine est plus forte

  • Les policiers
  • Les militaires
  • Les pompiers
  • Les conducteurs de véhicules
  • Les agents de gardiennage
  • Les bouchers
  • Les boulangers
  • Les charcutiers
  • Les cuisiniers

Les employés (45,5 %), les professions intermédiaires (32,1 %) et les ouvriers (28,6 %) ont travaillés au moins un samedi en 2017 ; ce sont les salariés les plus concernés par le travail le samedi. Tandis que les cadres et les professions intellectuelles supérieures sont 33,8 % à travailler le soir. Toutefois, ces horaires atypiques font l’objet de récupérations.

  Par Djiba Diallo

La rédaction vous conseille

Pourquoi les cadres n’arrivent pas à déconnecter du travail ?
> Travail le dimanche : les professions les plus concernées
> Travail et canicule : les entreprises sont-elles bien préparées ?
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS