Neurosciences : comment booster vos compétences ?

Neurosciences : comment booster vos compétences ?
Mis à jour le 16/06/2020 - Publié le 05/06/2020

En cette période particulière, les repères et modes de travail sont bouleversés. Télétravail, difficultés de concentration… Comment retrouver confiance et booster vos compétences dans ce contexte inédit ? Entretien avec Nawal Abboub, experte en neurosciences.

Nawal Abboub
Co-fondatrice de l’entreprise Rising Up et Docteure en sciences cognitives, Nawal Abboub, est experte de l’apprentissage et du fonctionnement humain. Elle travaille depuis plus de 10 ans sur la compréhension des mécanismes qui sous-tendent l’apprentissage et est enseignante à l’ENS.

Quelles découvertes marquantes de ces dernières années en neurosciences ont résonné dans nos vies personnelle et professionnelle, encore plus pendant cette période de confinement/post-confinement ? Comment utiliser la connaissance scientifique pour mieux adapter nos méthodes de travail ? Nawal nous livre des clefs pratiques à mettre en place dans notre quotidien pour booster efficacement nos compétences.

1. En quoi les neurosciences peuvent elles nous aider dans notre quotidien ?

Nawal Abboub : Les découvertes de ces dernières années en sciences sur le fonctionnement de notre cerveau sont absolument fascinantes. Nous n’avons jamais autant progressé dans la compréhension des mécanismes d’apprentissage, de prise de décision, de collaboration ou encore d’adaptabilité. Ces recherches nous ont permis de comprendre encore plus à quel point notre cerveau est un puissant outil, mais aussi avec des contraintes neurobiologiques.

Lire aussi >> > Emploi et révolution numérique : quelles compétences pour demain ?

2. Pourquoi en ce moment notre cerveau peut être fragilisé et nous pouvons nous sentir en difficulté ?

 Nawal Abboub : Pour mieux comprendre en quoi notre cerveau a pu être fragilisé pendant cette période inédite, prenons l’exemple de l’attention. Ces derniers mois, nos ressources attentionnelles ont été sur-sollicitées, pour parfois nous amener à une fatigue visuelle, mais aussi cognitive importante !

Tout d’abord, nous avons multiplié les visio-conférences qui peuvent être très énergivores de ressources mentales. En effet, la voix est filtrée, les visages sont moins visibles, le regard direct n’est plus présent, il y a un décalage temporel qui crée de la dyssynchronie. Ainsi tous ces éléments forcent notre cerveau à devoir reconstruire la « bonne image ». Et ces nombreuses activités faites par le cerveau demandent beaucoup d’énergie mentale !

Ensuite, nous avons multiplié notre temps sur les écrans. L’écran est un environnement très complexe et source de distraction : on peut tout faire sur un écran et surtout recevoir des sollicitations via de nombreuses fonctionnalités. Nous pouvons recevoir des mails, faire une visio, écrire une note, lire le dernier rapport, suivre les discussions sur Slack. Difficile donc de se concentrer sur une seule chose à la fois !

« De nombreuses recherches nous ont montré que cette multiplication des sources de sollicitations en passant d’une tâche à une autre fatigue énormément notre cerveau, et encore plus si on prend peu de pauses ! »

Pourquoi ? Parce que notre cerveau ne traite pas en parallèle les éléments qu’il a devant lui mais en série ! Multiplier les taches en même temps, va demander une consommation importante de nos ressources attentionnelles. Notre cerveau, plutôt que de faire les choses en même temps, va devoir mettre en attente une tâche, reprendre l’autre, tout en consommant à chaque fois un peu plus d’énergie pour réaliser ces « switch ». Dans des contextes de « multitasking sauvage », nous avons plus de chance de faire des erreurs ou/et de ressentir une fatigue importante, parfois en très peu de temps si les tâches sont difficiles.

Lire aussi >> 7 compétences clés que les salariés doivent maîtriser

3. Quels leviers concrets pour retrouver confiance et booster nos compétences ?

Nawal Abboub : La connaissance de soi, via une observation fine de ses ressentis, est un des facteurs qui va vous permettre de développer de meilleures stratégies d’adaptation et devenir plus efficace. C’est ce qu’en science nous appelons la métacognition.

De nombreux outils peuvent être utilisés pour renforcer notre métacognition et dépenser moins d’énergie mentale :

  • faire une tâche après l’autre et prioriser ses tâches en fonction du niveau d’attention qu’elle requière ;
  • ne pas remplacer systématiquement des réunions par des visio si nous pouvons travailler autrement, avec d’autres systèmes (messagerie instantanée, documents partagés) ;
  • se mettre des plages horaires de visio pas trop tard dans la journée ;
  • éviter au maximum de cumuler des plages horaires homogènes d’activité sur écran mais varier au maximum (appel téléphonique, rédaction de note ou d’email, lecture, visio-conférence).

Pour reposer son cerveau efficacement :

  • prendre des pauses régulièrement, dès qu’on sent la fatigue arriver, même des mini-pauses (moins d’une minute) peuvent être efficaces !
  • entre deux tâches qui requièrent beaucoup d’attention visuelle (tableau excel, visio, etc), se lever, aller prendre un café, regarder par la fenêtre si nous avons une belle vue, mais surtout ne pas remettre ses yeux sur un écran !
  • se coucher et lever vous aux mêmes heures pour permettre à notre cerveau d’avoir des points de repère fixe et mettre en place des routines automatiques, favoriser ainsi la qualité de sommeil.

En bref, prenons soin de notre cerveau pour booster sa confiance en soi !

La rédaction vous conseille

> Les compétences du 21e siècle - Interview de Jérémy Lamri
> Les cadres doivent maîtriser de nouvelles compétences
> Les compétences pour passer d’un métier à un autre
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS