Slasheur : pourquoi un seul job quand on peut en avoir deux ?

Slasheur : pourquoi un seul job quand on peut en avoir deux ?
Mis à jour le 12/06/2017 - Publié le 10/05/2017

Intéressé par deux jobs différents ? Les slasheurs ont trouvé la solution pour tous les indécis et passionnés par plusieurs univers professionnels.

Plus de 4,5 millions de slasheurs en France !

La vie professionnelle est rythmée de choix. Travailler dans le public ou privé ? Métier « sérieux » ou artistique ? Salarié ou travailleur indépendant ? Aujourd’hui, de plus en plus de  personnes décident de ne plus choisir.

D’après une étude réalisée pour le Salon des micro-entreprises, les slasheurs représenteraient 16 % de la population active en France. Ainsi, plus de 4,5 millions de Français cumuleraient plusieurs activités professionnelles.

profession/slasheur

Ce terme fait référence à la barre oblique / qui distingue plusieurs éléments. Ce symbole peut aussi remplacer le trait d’union. Le slasheur se caractérise, effectivement, par l’exercice d’au moins deux jobs. Le terme « pluri-actif » s’applique également. Ex : DJ/photographe, architecte/créateur de savons bio ou guide touristique /journaliste/chauffeur privé/.

Slasheur : situation souhaitée ou subie ?

Dans l’esprit commun, cumuler deux emplois c’est avant tout vivre une situation précaire, travailler pour subvenir à ses besoins élémentaires. Serveurs et comédiens ont notamment depuis longtemps un job alimentaire et pratiquent en parallèle leur passion.

Or le slasheur, lui, veut allier les deux, travail et passion, sans se cantonner à un unique métier ni « entrer dans des cases » préétablies ; le choix du slasheur résulte d’une volonté d’équilibre personnel. Pour lui, combiner plusieurs jobs, c’est multiplier les chances de s’épanouir professionnellement.

Le slasheur ne laisse aucunement place aux frustrations. D’ailleurs 64 % des slasheurs perçoivent leur situation comme un choix mûrement réfléchi.

Avant de sauter le pas de la reconversion professionnelle, certains préfèrent passer par l’étape du slasheur, un bon moyen de tester une nouvelle voie. Ce phénomène touche toutes les classes d’âge et catégories socio-professionnelles, même si les moins de 30 ans sont les plus concernés.

31 % des slasheurs occupent une activité entrepreneuriale

Il est question d’une nouvelle conception du travail. Aujourd’hui, rares sont les jeunes qui croient encore au schéma classique d’une unique carrière professionnelle. Ainsi, 22 % des moins de 30 ans préfèrent jongler entre deux emplois.

Outre l’épanouissement, la volonté d’entreprendre fait également partie de leurs motivations. La preuve, l’activité secondaire de 31 % des slasheurs repose sur une activité entrepreneuriale. Cela permet de tester une idée avant de monter sa boîte.

Il existe même des entrepreneurs-slasheurs, de véritables serial-entrepreneurs qui créent une entreprise, puis une 2e, puis une 3e…

En bref

La démocratisation d’Internet et l’économie collaborative ont permis l’expansion de certains services. Il est courant de mettre à disposition, grâce à Internet, ses compétences de professeur, de chauffeur, de coiffeur… Il est également possible de commercialiser ses éventuelles créations (artistiques, culinaires…) sur la Toile. L’étendu de ces possibilités encourage, forcément, la volonté d’occuper plusieurs postes pour vivre sa ou ses passion(s).

  Par Louisa Ram

La rédaction vous conseille

> Le monde du travail vu par les 20-30 ans
6 jeunes sur 10 ont envie de créer une entreprise
Le jobbing, qu’est-ce que c’est ?

Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS