Le « présentéisme maladie », une tendance bien française

Le « présentéisme maladie », une tendance bien française
Mis à jour le 24/01/2020 - Publié le 14/01/2020

65 % des salariés ont déclaré avoir travaillé alors qu’ils étaient malades, selon une étude sur l’absentéisme 2019 de la mutuelle Malakoff Médéric Humanis. Le « présentéisme maladie » ou travailler même quand on est en arrêt, une tendance bien française…

Le « présentéisme maladie » : renoncer à ses arrêts maladie pour aller travailler

Le « présent malade » est celui qui travaille alors qu’il devrait être arrêté en raison de son état de santé physique ou mentale. Alors que les arrêts maladie sont en hausse avec 44 % de salariés arrêtés cette année, le « présentéisme maladie » lui aussi voit ses chiffres grimper.

28 %

des arrêts maladie ne sont pas respectés, ou en partie seulement.

Lire aussi >> Le burn-out n'est pas reconnu comme une maladie par l’OMS

Les personnes ayant des responsabilités d’encadrement, tels que les managers (72 %), sont les premiers concernés par ce « présentéisme maladie », devant les salariés dont le salaire n’est pas maintenu pendant les trois premiers jours d’arrêt (69 %).

Un arrêt maladie mieux encadré pour faciliter le lâcher-prise

47 % des salariés qui n’ont pas accepté leur arrêt de travail disent le regretter par la suite ; pas étonnant lorsqu’un arrêt est censé prodiguer du repos et que ni le corps ni l’esprit ne se reposent. Pour pallier cela, près des deux tiers des salariés seraient pour bénéficier du télétravail au lieu d’avoir un arrêt maladie, si leur médecin est d’accord. 80 % des dirigeants approuvent cette idée.

Lire aussi >> 80 % des salariés veulent choisir leurs horaires de travail

Bon à savoir : un salarié peut-il travailler pendant un arrêt maladie ?

Selon la direction de l'information légale et administrative, en cas d’arrêt de travail (pour cause de maladie d'origine professionnelle ou non ou d'accident du travail), le salarié doit s’abstenir d'exercer toute activité non autorisée par le médecin :

« L'interdiction s'étend à toute activité, rémunérée ou non, même si elle est limitée et a lieu pendant les heures de sortie autorisées. Si vous exercez une activité interdite pendant l'arrêt maladie, vous devez restituer les indemnités journalières qui vous ont été versées par votre CPAM.

Si votre employeur vous a laissé travailler, vous pouvez lui demander le versement de dommages-intérêts d'un montant correspondant aux sommes restituées à la CPAM.

En cas de litige, c'est le juge qui se charge d'établir si l'activité constatée lors d'un contrôle médical est licite ou non. Par exemple, les activités suivantes, constatées lors d'un contrôle médical, ont été considérées comme contrevenant aux obligations de l'assuré malade :

  • activités liées au mandat de représentant du personnel,
  • travaux de peinture sur une maison,
  • réparation d'une voiture,
  • travaux de jardinage. »

Pour 9 salariés sur 10, le retour en entreprise après un arrêt se déroule bien. Cependant, 60 % d’entre eux auraient souhaité des démarches particulières de la part de leur entreprise, comme plus d’informations d’ordre financière, plus d’informations concernant l’organisation de la reprise de travail (aménagement du poste…) ou encore plus d’informations d’ordre administratif.

Pour 39 % des sondés qui n’ont pas respecté leur arrêt maladie, c’est parce qu’ils « n’ont pas l’habitude se laisser aller ».

Le « présentéisme maladie » ou comment accumuler les arrêts maladies

Si près de la moitié des salariés ayant refusé leur arrêt de travail le regrettent par la suite, c’est parce que leur état de santé ne va pas en s’améliorant. 4 dirigeants d’entreprise de plus de 200 salariés sur 10 ont l’impression que les arrêts maladie ont augmenté au cours des cinq dernières années.

Lire aussi >> Qualité de vie au travail : comment associer bien-être et performance

Cette impression se justifie, puisque le nombre d’arrêts est croissant. En 2019, 49 % des 18-34 ans ont eu un arrêt maladie et 37 % des salariés arrêtés en général ont eu au moins deux arrêts dans l’année.

Quel est le secteur le plus touché par l’absentéisme au travail ?

L’hôtellerie restauration est le secteur le plus touché par l’absentéisme au travail avec 25 % des salariés ayant eu plus de trois arrêts au cours de l’année 2019.

Le fait d’avoir au moins 3 arrêts une même année multiplie par 5 la possibilité d’être absent l’année suivante.

Que font les salariés après leur arrêt de travail ?

  • 72 % reprennent le travail à l’identique ;
  • 18 % reprennent le travail avec un aménagement spécifique ;
  • 4 % changent de poste.


La rédaction vous conseille

> 52 % des actifs aimeraient changer de métier
> La fonction de manager séduit de moins en moins les Français
> Vie de bureau : combien de temps pour la pause-café ?
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS