1. Nouvelle Vie Professionnelle
  2. >
  3. Se former
  4. >
  5. Le compte personnel de formation (CPF) en pratique

Le compte personnel de formation (CPF) en pratique

Fiche pratique sur le compte personnel de formation (CPF) : toutes les infos, le mode d’emploi du CPF et un modèle de lettre pour l’utiliser. Ne laissez pas échapper la formation dont vous avez besoin et à laquelle vous avez droit !

Le CPF, en bref

Le CPF, qui a remplacé le DIF, permet aussi bien au salarié en poste qu’au demandeur d’emploi, ou encore au travailleur indépendant, d’acquérir des droits à la formation et de pouvoir ainsi se former régulièrement, tout au long de son parcours professionnel.

Pour qui ?
Pour tous les actifs (dès 15 ans pour les jeunes en contrat d’apprentissage) jusqu’au départ à la retraite : CDI, CDD, contrats d’apprentissage, de professionnalisation... Le CPF est ainsi lié à l’individu qui le conserve tout au long de sa vie professionnelle.

Quand l’utiliser ?
Le CPF peut être utilisé au cours d’une période de chômage, dans le cadre d’un contrat de sécurisation professionnelle (CSP) ou chez son employeur. Il n’est pas utile d’obtenir l’accord de l’employeur pour mettre en place une formation financée par le CPF, sauf pour les formations qui seraient effectuées sur le temps de travail.

Pour quoi ?
Le CPF vise des actions de formations certifiantes, mais aussi des accompagnements en VAE. Le CPF est géré par la Caisse des dépôts et consignations.

CPF : conversion des heures en euros

Le CPF était plafonné à 150 heures par an. Depuis le 1er janvier 2019, dans le cadre de la réforme et de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, le compte personnel de formation est comptabilisé en euros et non plus en heures comme c’était le cas depuis sa création en 2014. Le taux de conversion des heures en euros a été fixé par décret à 15 euros. Ce montant horaire permet donc la conversion en euros des heures acquises au titre du CPF et du DIF (droit individuel à la formation) au 31 décembre 2018.

Alimentation du CPF

500 euros par an sont crédités sur le CPF avec un plafond de 5 000 euros. Pour les salariés peu ou pas qualifiés (niveau infra V), ce sera 800 euros pour un plafond de 8 000 euros.
Ces montants s’appliquent à tous les salariés "ayant effectué une durée de travail supérieure ou égale à la moitié de la durée légale ou conventionnelle de travail sur l’ensemble de l’année". Pour les salariés ayant travaillé moins d’un mi-temps, l’alimentation du CPF est proratisée.

Si vous relevez de plusieurs catégories au cours d’une même année, la Caisse des dépôts et consignations applique le montant d’alimentation annuel et le plafond qui vont sont les plus favorables.


Lire aussi >> Le compte personnel de formation crédité en euros dès 2019

Acquisitions des heures au titre du CPF
Votre capital au titre du CPF se constitue :

  • Du solde de vos heures de DIF le cas échéant ;
  • Des heures initialement acquises, à compter du 1er janvier 2015, dans le cadre d’un contrat de travail (24 heures par an pour un travail salarié à temps complet toute l’année, jusqu’à l’acquisition d’un crédit de 120 heures, puis de 12 heures par an, dans la limite d’un plafond total de 150 heures) jusqu'au 31 décembre 2018 ; ces heures seront converties en euros.
  • Certaines absences (congé maternité, paternité, parental, accident du travail…) sont prises en compte pour le calcul du CPF.
  • A compter de janvier 2019, de 500 euros par an (800 euros pour les salariés peu qualifiés).
  • A compter de 2020, de l’abondement correctif éventuellement attribué au salarié dans les entreprises de 50 salariés et plus.

Le CPF pour les travailleurs non-salariés

Les travailleurs indépendants, les membres des professions libérales et des professions non-salariées, ainsi que leurs conjoints collaborateurs, et les artistes-auteurs bénéficieront également de 500 euros par an, plafonnés à 5 000 euros. Si vous n'avez pas exercé votre activité au titre d’une année entière, le montant annuel crédité sur le CPF est calculé au prorata.

Lire aussi >> Formation : ce qui change en janvier 2019

Ajouter
Partager