Grande démission : faut-il réinventer le monde du travail ?

Grande démission : faut-il réinventer le monde du travail ?
Publié le 05/05/2022
* Commit or quit : s'engager ou démissioner, au coeur des réflexions 

La « Grande démission » est le phénomène massif de démission qui a lieu ces derniers mois. Aux États-Unis, 4,5 millions de travailleurs ont abandonné leur emploi en novembre 2021 (contre déjà 3,5 millions en 2018).

En France, le mouvement est nettement moins important, mais amorce tout de même une rupture sans précédent dans le monde du travail.

En juillet 2021, la DARES a observé une augmentation du nombre de démissions de salariés en CDI en France.

La France touchée par la « Grande démission » ?

Avant la crise, l’Hexagone faisait déjà face à des difficultés de recrutement. En 2015, 25% des entreprises déclaraient rencontrer des difficultés à recruter, chiffre qui explosait à 60% en 2019 (INSEE).

La crise sanitaire a accentué le phénomène. "Le sujet commence à devenir une réalité dans les chiffres en France avec un nombre record (le précédent datant de 2007-2008 avant la crise financière) de + de 400 000 démissions dans le cadre d'un CDI sur le 3ème trimestre" selon David Beaurepaire, Directeur Délégué chez HelloWork. Une augmentation de près de 20% en 2 ans

Entre le 2e et le 3e trimestre 2021, le nombre de postes à pourvoir a augmenté de 8%. Les ruptures conventionnelles n’ont pas fait exception, avec une augmentation de 9% entre septembre 2019 et septembre 2020.

Le taux de chômage, historiquement bas depuis 2008 (8%), accroit mécaniquement la tension sur le marché du travail.

300 000

emplois sont à pourvoir en septembre 2021 selon la Banque de France 

Découvrez >> Top 10 des métiers recherché pour une reconversion 
>> Démission, reconversion : 5 conditions pour bénéficier des allocations chômage

Les secteurs les plus touchés 

  • l’hôtellerie et la restauration
  • l’industrie
  • le BTP
  • la santé et le grand âge
  • le transport
  • le commerce de détail

Les fluctuations du marché ont cependant moins d’influence sur les démissions en France qu’aux États-Unis, notamment grâce à un État plus présent (Plan de relance) et des barrières institutionnelles et psychologiques plus fortes.

Les raisons des démissions, entre conditions de travail et quête de sens

Les jeunes actifs sont les plus touchés par la Grande Démission. 52 % d'entre eux disent envisager de quitter leur entreprise d'ici 2022.

Les principales causes des démissions sont les suivantes :  

  1. Conditions de travail
  2. Salaire
  3. Culture d’entreprise toxique
  4. Sentiment d’irrespect
  5. Surcharge de travail et épuisement
  6. Manque de reconnaissance
  7. Manque d’opportunité pour progresser dans sa carrière

La pandémie a surtout invité les travailleurs à redéfinir leurs priorités personnelles et professionnelles. En plus d’élargir les possibilités d’emploi, le télétravail a rompu le lien entre l’employé et son entreprise, tissé autour des réunions et des échanges informels au bureau.

De nombreux actifs veulent désormais être acteurs de leur vie professionnelle et trouver plus de sens dans leurs activités quotidiennes : individualisation des parcours, freelance, indépendance, flexibilité…

Lire aussi >> Les métiers d'avenirs et à impact qui recrutent en 2022

Les actifs sont de plus en plus nombreux à vouloir faire passer leur famille et leur vie personnelle avant le travail. Une telle volonté peut pousser les salariés à changer de métier, changer de secteur d'activité, crée leur entreprise, se reconvertir et réorienter leur carrière pour qu'elle corresponde à leurs aspirations personnelles.

Le marché du marché du travail doit-il se réinventer ?

Si certains salariés quittent leur travail à cause de leurs conditions de travail, nombreux sont ceux qui décident d’entamer une reconversion professionnelle dans un emploi où ils trouvent plus de sens. Il s’agit d’un nouveau défi majeur pour les recruteurs : le salarié moderne veut comprendre ce à quoi il contribue et le ressentir dans son travail.

Cette nouvelle approche passe par l’intégration, la communication, l’écoute et la reconnaissance.

Les entreprises peuvent séduire à court terme les candidats avec des bonus ou des processus marketing élaborés, mais ce n’est qu’en réinventant le pacte qui les lie aux salariés qu’elle s’assure une collaboration pérenne.  

Pour les salariés comme les indépendants, des objectifs qui font sens et un accompagnement pertinent sont donc essentiels à l’épanouissement professionnel.

Les critères de la recherche d'emploi en 2022

Que voulons-nous ? Quels sont les critères que les actifs priorisent dans leur recherche d'emploi ? La rémunération ne ressort pas forcément en premier, en revanche, voici ce qui tient à coeur aux Français quand ils veulent trouver un emploi :

  • La culture de l'entreprise (en accord avec les valeurs du candidat)
  • L'attention portée à la santé mentale et au bien-être (et chasser le burn-out des bureaux)
  • Un travail qui a du sens (mais qu'est-ce qu'un travail qui a du sens ? La réponse ici)
  • Des horaires flexibles
  • Un nombre de congés payés suffisants

Par Étienne Gresset 

La rédaction vous conseille 

>> Quête de sens au travail : comment avoir une carrière à impact ? 
>> Reconversion professionnelle : pourquoi est-ce essentiel de se faire accompagner ? 
>> Salariés, découvrez les dispositifs pour changer de vie professionnelle 

Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS