Qui travaille le 1er mai ?

Qui travaille le 1er mai ?
Mis à jour le 29/04/2019 - Publié le 29/04/2019

Alors que la plupart des Français ne travailleront pas le 1er mai, certains ne peuvent pas chômer. Qui travaille le plus pendant la fête du travail ? Quels sont les métiers concernés ?

1er mai : un jour férié, payé et chômé

1er mai, lundi de Pâques, Pentecôte, Ascension...  Au total, la France compte 11 jours fériés chaque année. Mais contrairement aux idées reçues, nous ne sommes pas les champions, et l’hexagone se positionne derrière la Grèce (14 jours), l’Italie (12 jours), ou certaines régions d’Allemagne (9 à 13 jours) et arrive ex-aequo avec la Suède et le Luxembourg, selon une étude de la Dares.

Bon à savoir

Depuis 1947, le 1er mai est un jour férié, chômé et payé pour tous les salariés. La fête du Travail trouve ses origines à Chicago, il y a 120 ans, lors d’une journée de lutte menée par les syndicats de travailleurs américains pour obtenir la journée de huit heures.

Néanmoins, le 1er mai n’est pas un jour férié comme les autres : il est le seul à être obligatoirement chômé. En effet, un employeur ne peut pas imposer à ses salariés de travailler pendant la fête du travail. Mais la loi prévoit des exceptions « dans les établissements et services qui, en raison de la nature de leurs activités, ne peuvent interrompre leur travail » et de nombreux Français doivent se lever le 1er mai.

Lire aussi >> Plus de 5 millions de personnes travaillent au moins un dimanche par mois

Les métiers qui ne chôment pas

Le site d’emploi Qapa a mené une enquête et a défini les métiers et profils qui travaillent le 1er mai. La majorité d’entre eux exerce dans les domaines du commerce, du tourisme ou des soins médicaux

Voici le top des métiers qui travaillent le plus pendant la fête du travail.

  1. Serveurs
  2. Cuisiniers
  3. Manutentionnaires
  4. Infirmiers
  5. Caissiers
  6. Militaires

Si un tiers des personnes qui travaillent pendant la fête du travail sont des salariés en poste (CDD et CDI), les entreprises font également appel à des intérimaires (21 %), à des étudiants (17 %) ou à des individus non déclarés (15 %). Quant aux auto-entrepreneurs, ils représentent 14 % des personnes qui travaillent le 1er mai.

L’info en +

De nombreux recruteurs travaillent le 1er mai, vous pouvez donc profiter de ce jour férié pour envoyer votre CV.

Qu’en est-il de la rémunération ?

Lorsque le 1er mai est chômé, les salariés perçoivent une indemnité égale à leur salaire et contrairement aux autres jours fériés, aucune condition de présence ou d’ancienneté n’est requise. Le salaire habituel et les majorations pour heures supplémentaires ne changent pas. Les salariés rémunérés au taux horaire perçoivent également une indemnité égale au salaire perdu.

Les salariés qui travaillent le 1er mai perçoivent au minimum une double rémunération. En effet, en plus du salaire, ils reçoivent obligatoirement une indemnité égale au montant du salaire et qui ne peut pas être remplacée par un repos.

Et vous, travaillez-vous le 1er mai ?

 Par Marie Razer

La rédaction vous conseille

> Les 35 heures : mythe ou réalité ?
> Absentéisme : pourquoi les salariés désertent-ils leur bureau
> Comment concilier vie personnelle et vie professionnelle ?
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS