Les 15 métiers qui recruteront le plus d’ici 2030

Les 15 métiers qui recruteront le plus d’ici 2030
Publié le 13/06/2022

Ingénieurs, infirmiers et enseignants font partie des métiers qui recruteront le plus d’ici 2030. Anticipez le marché du travail de demain grâce au rapport de la Dares sur les métiers en 2030 qui parle des secteurs dynamiques et des métiers d’avenir.

Si vous voulez changer de métier, pourquoi ne pas opter pour l’un de ces métiers porteurs ?

Les métiers en 2030 : 15 professions qui recruteront le plus

Il y aurait 1 million de créations d’emplois d’ici 2030, en France, d’après le rapport de la Direction de l’Animation de la recherche, des Études et des Statistiques (Dares).

Les 15 métiers qui recruteront le plus d’ici 2030 sont :

  1. Agents d’entretien
  2. Enseignants
  3. Aides à domicile
  4. Conducteurs de véhicule
  5. Aides-soignants
  6. Cadres des services administratifs, comptables et financiers
  7. Cadres commerciaux et technico-commerciaux
  8. Infirmiers, sages-femmes
  9. Ouvriers qualifiés de la manutention
  10. Ingénieurs de l’informatique
  11. Ouvriers qualifiés du second œuvre du bâtiment
  12. Vendeurs
  13. Médecins et assimilés
  14. Techniciens et agents de maîtrise et de la maintenance
  15. Ingénieurs et cadres techniques de l’industrie

Lire aussi >> La recherche d’emploi : conseils et astuces

>> 10 signes qui montrent qu’il faut faire une reconversion

Le besoin de main-d’œuvre sur ces emplois est en forte progression depuis 2019. En 2030, la France aura le plus besoin de médecins, d’ouvriers qualifiés et d’ingénieurs.

Le nombre de départs à la retraite et la création de nouveaux postes expliquent un tel dynamisme.

Cette évolution rapide pourrait nécessiter le développement de la formation dans certains secteurs en tension et pour éviter les déséquilibres (trop de postes, pas assez de salariés vs pas assez de postes et trop de candidats).
nouvelleviepro-dares-2030

Les secteurs d’avenir : la santé, le BTP & les services aux entreprises et à la personne

1 million d’emplois supplémentaires seraient à attendre d’ici 2030. Mais cette croissance se concentre dans des secteurs précis qui sont la santé, les activités juridiques, comptables et de gestion ainsi que le secteur de la construction et du BTP.
nouvelleviepro-dares-2030

Les secteurs du commerce, de la culture et de l’hôtellerie restauration prévoient seulement 80 000 emplois en plus d’ici 2030. Les créations de postes seront plus « modestes » selon le scénario qui prend en compte le développement du télétravail.

Quant à l’industrie, elle peine à se relever depuis la crise sanitaire. Elle ne compterait que 45 000 postes d’emploi supplémentaires.

Le marché de l’emploi dans les secteurs du transport et de la logistique pourrait lui baisser en raison du travail à distance et de l’automatisation des activités.

Le secteur bancaire pourrait également décliner à cause du développement numérique.

Des difficultés de recrutement sont à prévoir

D’ici 2030, de nouveaux postes seraient créés.

Or les employeurs éprouveraient des difficultés pour recruter, ce qui causerait un déséquilibre sur le marché du travail : « Les besoins de recrutement seraient tels dans certains métiers que la demande d’emploi ne serait pas pleinement satisfaite par les seules entrées des jeunes sur le marché du travail », expliquent la Dares et France Stratégie.

Autrement dit, le besoin de mains-d’œuvre sera tel que l’arrivée des jeunes diplômés ne sera pas suffisante pour pourvoir tous les postes.

Les métiers d’avenir, comme ingénieur de l’informatique, se développeront et auront besoin de salariés qualifiés.

Les professions qui sont déjà en tension, comme infirmière ou professeur, devront remplacer les départs à la retraite de plus en plus nombreux.

Face à ce potentiel déséquilibre, la formation initiale pourrait ne plus suffire.

La reconversion professionnelle, un moyen pour éviter les déséquilibres

Face à ce besoin de recrutement et à la difficulté de recruter, un déséquilibre se créerait. Les jeunes diplômés ne seraient pas assez nombreux pour remplir les postes à pourvoir dans les entreprises.

La reconversion professionnelle pourrait être une solution. Faciliter son accès, notamment l’accès à la formation, redynamiserait certains secteurs d’activité qui peinent à embaucher ou qui sont en forte croissante.

Néanmoins, il reste difficile pour la Dares d’anticiper les mobilités professionnelles des actifs qui souhaiteraient se reconvertir.

D’après le rapport, la réorientation de la carrière du salarié dépend :

  • des politiques de formation menées ;
  • de la promotion des entreprises (avoir envie de travailler dans telle société) ;
  • de pouvoir transférer ses compétences entre les métiers ;
  • de la disponibilité de la main-d’œuvre formée.

Investir dans la formation, dans l’accompagnement des professionnels et dans des moyens simples de changer de métier semble nécessaire pour éviter les difficultés d’embauche à venir.

Source : La Dares sur les métiers en 2030.

Par Maelys Léon

La rédaction vous conseille :

>> Les métiers qui recrutent le plus en 2022
>> Emploi : le chômage est au plus bas depuis 2008
>> Quel avenir pour le monde du travail post-Covid ?

Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS