Les compétences du 21e siècle - Interview de Jérémy Lamri

Les compétences du 21e siècle - Interview de Jérémy Lamri
Publié le 16/01/2019

Quelles compétences développer au 21e siècle ? Réponses de Jérémy Lamri, auteur d’un livre sur le sujet et fondateur des start-up Monkey Tie & Lab RH.

Les compétences du 21e siècle
Doctorant en sciences cognitives à Paris Descartes, Jérémy Lamri exploite la matière de sa thèse éponyme dans un ouvrage paru aux éditions Dunot :
Les compétences du 21e siècle - Comment faire la différence ?

Entretien avec un éternel insatisfait qui cherche à comprendre, explorer, décortiquer et partager certaines découvertes « vraiment utiles, notamment sur la compréhension de ce que sont les compétences », en y apportant un discours scientifique et accessible à tous. Ou comment développer les capacités cognitives du cerveau.


Quelles sont les compétences du 21e Siècle ?

Jérémy Lamri : Leur nombre et leur structure varie selon les modèles qui existent dans le monde, mais seules 4 de ces compétences sont systématiquement considérées comme indispensables. On les appelle les 4C : Créativité, Esprit Critique, Coopération, Communication.

Leur point commun ?

Jérémy Lamri : Ces compétences ne relèvent pas principalement de la technique, comme la maîtrise de l’anglais, la conduite d’engins ou la maçonnerie. Elles font appel à une nécessaire adaptation spontanée face aux situations rencontrées. En fait, ce sont les compétences qui permettent de résoudre des problèmes complexes, pour trouver les meilleures solutions collectivement.

Ces compétences, dites cognitives, sont coordonnées dans une zone spécifique du cerveau appelé le cortex préfrontal, siège de l’intelligence et de l’adaptabilité. Je prends soin dans l’ouvrage de définir l’ensemble de ces termes, et également de casser les mythes et croyances qui ont la vie dure, notamment sur la notion d’intelligence. La neurobiologie apporte un regard nouveau sur le sujet.

Lire aussi >> Les compétences pour passer d’un métier à un autre

Les compétences clés en bref

« Les 4C font consensus : la créativité (pour trouver des solutions), l’esprit critique (pour réfléchir de manière logique), la coopération et la communication (pour travailler ensemble). Ces compétences sont en quelque sorte les bases de l’intelligence collective, mais également de la performance professionnelle d’aujourd’hui et surtout de demain, sur des activités mentales. Il y a aussi une méta-compétence, la capacité à apprendre, qui est fondamentale. »

Lire aussi >> Les 10 compétences les plus recherchées par les employeurs

Comment développer ces compétences ?

Jérémy Lamri : La bonne nouvelle, c’est que tout le monde peut le faire. La mauvaise, c’est que développer ces compétences pend du temps, il ne s’agit pas d’une simple formation ; cela peut prendre plusieurs années et c’est difficile car il faut changer notre manière de penser. Développer les capacités cognitives du cerveau demande de la motivation, de l’humilité et de la curiosité. Il faut s’intéresser à beaucoup de choses, en comprendre le fond… Ne pas croire que l’on sait, continuer à chercher à comprendre.

Dans quel but ?

Jérémy Lamri : Si ces compétences étaient développées, une vraie société d’intelligence collective émergerait. Avec suffisamment d’intelligence collective, il n’y aurait pas besoin de leader ; les problèmes seraient résolus de manière collective. Prenons par exemple les « gilets jaunes » : ils n’auraient pas besoin de leader, des solutions auraient été trouvées de manière collective. Le leader est là pour pallier au manque d’intelligence collective.

De même, si l’on calque ce raisonnement dans l’environnement de travail, cela signifie qu’on n’aurait plus besoin de manager en entreprise ?

Jérémy Lamri : Oui. D’ailleurs des modèles d’entreprises se développent déjà avec un minimum de hiérarchie, quasiment absente au quotidien. Les managers resteront tout de même présents pour la gouvernance.

Vous pensez aux start-up ?

Jérémy Lamri : Depuis 7 ans que je navigue dans l'univers des start-up, j’ai pu observer que toutes les start-up qui se développent et passent l'échelle des 200 ou 300 collaborateurs passent en mode pyramidal même s'ils travaillent en mode agile.

Lire aussi >> Hélène Boulet-Supau, un vrai tempérament d’entrepreneur

Jérémy Lamri clôt l’entretien avec cette question cruciale : « Qui prend la décision à la fin de la journée ? » Et une solution : « Il faut repenser complément la manière dont les décisions sont prises grâce à l’intelligence collective. »

Jérémy Lamri vient d’avoir 35 ans et travaille actuellement sur deux ouvrages, l’un sur le sujet du développement des compétences du 21ème siècle chez les adultes, l’autre sur le biomimétisme organisationnel (comment s’inspirer de la nature pour adapter nos organisations et notre société aux grands enjeux du 21ème siècle). A venir également un projet entrepreneurial de long terme en neurosciences.

 Propos recueillis par Natacha Le Jort

La rédaction vous conseille

> Les cadres doivent maîtriser de nouvelles compétences
> Emploi et révolution numérique : quelles compétences pour demain ?
> 7 compétences clés que les salariés doivent maîtriser
Ajouter
Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager par email S'abonner au flux RSS