Reconversion : devenir sophrologue

Vous aimez prendre soin des autres ?

Si l’idée d’une reconversion vous fait de l’œil, que vous souhaitez changer d’emploi et que vous aimez prendre soin des autres, alors le métier de sophrologue vous tend les bras.

Découvrez comment devenir sophrologue et quelle formation choisir pour vous réorienter et changer de voie professionnelle.
devenir-sophrologue-reconversion-nvp

Les informations à connaître sur le métier de sophrologue

Le rôle du sophrologue est de redonner un équilibre moral à ses clients.

La sophrologie aide à soulager le stress chronique, les syndromes post-traumatiques et les troubles du sommeil.

Ce métier très en vogue pour une reconversion professionnelle s’appuie sur une méthode verbale et non tactile.

Les principales missions du sophrologue sont d’aider les clients à être plus apaisés grâce à des exercices de respiration et des techniques de relaxation.

Votre but en tant que praticien en sophrologie est d’aider vos patients à :

  • gérer des problématiques quotidiennes comme l’anxiété, le stress, les insomnies…
  • se préparer à des événements angoissants comme des examens, un accouchement…
  • réduire l’impact de certaines phobies sur le quotidien, les addictions ou encore la douleur chronique.

10 missions du sophrologue

  1. Aider le patient à se détendre et à se relaxer ;
  2. Apprendre au patient à gérer ses émotions ;
  3. Préparer une femme enceinte à accoucher sereinement ;
  4. Accompagner un patient dans son sevrage tabagique ou dans son addiction ;
  5. Apaiser et résoudre les troubles du sommeil (cauchemars, insomnies…) ;
  6. Gérer les symptômes de stress post-traumatique ;
  7. Apprendre au patient à bien respirer ;
  8. Favoriser l’épanouissement personnel et aider le patient à retrouver confiance en lui ;
  9. Aider à lâcher-prise ;
  10. Pratiquer la relaxologie pour apprendre à se détendre.

À savoir que le sophrologue n’est pas un médecin. La sophrologie n’appartient pas au corps médical et aux professions de santé reconnues en France. En ce sens, vous ne pouvez pas émettre de diagnostic ou de prescription.

Les compétences clés pour devenir sophrologue

Pour devenir sophrologue, il est indispensable de détenir certaines compétences transversales (les soft skills) :

  • l’empathie
  • l’écoute
  • être attentif aux réactions des patients
  • le respect
  • la tolérance

Du côté des hard skills, c’est-à-dire les compétences professionnelles techniques, un sophrologue doit être capable de :

  • maîtriser un ensemble d’outils de communication ;
  • élaborer des programmes et des séances personnalisés et adaptés aux champs d’application de la sophrologie ;
  • élaborer des propositions d’accompagnement adapté en fonction des objectifs et des problématiques ;
  • définir des objectifs et des étapes de travail en accompagnement individuel ou en groupe.

Où exercer en tant que sophrologue ?

Le sophrologue a le choix de pratiquer sa profession en libéral, c’est-à-dire en tant qu’indépendant.

80%

des sophrologues sont micro-entrepreneurs

Vous pouvez d’ores et déjà vous renseigner sur les différentes aides possibles pour la création d’entreprise et ouvrir votre cabinet de sophrologie.

>> Les démarches pour devenir auto-entrepreneur

nvp-deveni-sophrologue-autoentreprise
Crédit : la Chambre syndicale de sophrologie

Vous pouvez aussi pratiquer la sophrologie dans des structures spécialisées et en collaboration avec d’autres professionnels de santé comme des infirmiers, des médecins, etc.

Certaines entreprises comme les magasins bio, les centres de remise en forme et les thalassothérapies recrutent aussi des sophrologues pour compléter leurs soins.

Le métier de sophrologue est également recherché en entreprise. Les employeurs recrutent des salariés sophrologues dans les secteurs de la petite enfance, dans les maisons de retraite, au sein des clubs de sport ou pour animer des formations et des ateliers au bureau.

La formation professionnelle pour devenir sophrologue

C’est décidé, vous allez changer de métier et votre reconversion se portera sur la sophrologie. Mais quelle formation suivre pour devenir sophrologue ?

Le diplôme n’est pas obligatoire pour être sophrologue. Vous n’avez pas besoin de faire des études de médecine, ce qui facilite quand même la réorientation professionnelle.

Néanmoins, pour votre crédibilité auprès de vos clients et pour votre expérience professionnelle ainsi que vos compétences, il est conseillé de suivre une formation pour exercer ce métier.

Obtenir la certification professionnelle de sophrologue

La certification professionnelle de sophrologue existe depuis 2016 et vous permet d’acquérir une reconnaissance de vos compétences en sophrologie.

Cette certification est reconnue comme titre de niveau 5 enregistré au RNCP (il est de niveau Bac+2).

La Chambre Syndicale de la Sophrologie rappelle qu’un titre RNCP est la seule distinction officielle reconnue pour devenir sophrologue professionnel. Néanmoins, ce titre n’est pas obligatoire pour pratiquer la relaxologie.

4 organismes de formation délivrent le Titre de sophrologue enregistré au RNCP :

Il n’existe pas de diplôme d’État de sophrologue en France. Le Titre RNCP est ce qui se rapproche au plus d’un « diplôme » de sophrologie reconnu par l’État.

Quels dispositifs pour financer sa formation de sophrologue ?

Les financements possibles pour devenir sophrologue dépendent de votre organisme de formation.

Dans la plupart des cas, vous pourrez utiliser les dispositifs suivants pour financer votre formation de sophrologie :

Devenir sophrologue : le salaire

Le salaire moyen du sophrologue est de 1129 euros bruts par mois selon les chiffres de l’Unasa (2019).

Le salaire du sophrologue dépend de son statut (auto entreprise, salarié) et de son activité.

Une consultation en sophrologie coûte en moyenne entre 45 euros et 60 euros. Pour les tarifs de groupe, comptez entre 10 € à 20 € par personne. À cela; il faut enlever les charges et les cotisations sociales.

En tant que sophrologue libéral, le plus important est de vous constituer une clientèle régulière afin d’en dégager des revenus fixes qui vous permettent de vivre de votre activité de sophrologue.
sophrologie-reconversion

Peut-on vivre du métier de sophrologue ?

Oui, il est possible de vivre de votre métier de sophrologue. 60 % des relaxologues exercent ce métier en activité principale.

Une enquête de la Chambre Syndicale de la Sophrologie révèle néanmoins qu’environ la moitié des sophrologues en activité proposent d’autres prestations que la sophrologie :

  • 22 % d’entre eux pratiquent l’hypnose ;
  • 19 % pratiquent la méditation ;
  • 17 % pratiquent la relaxation.

Les évolutions de carrière possibles

Vos années d’expérience en tant que sophrologue vous aideront à diversifier votre clientèle ou, si vous êtes en CDI ou en CDD dans une entreprise, ouvrir votre propre structure.

Certains sophrologues choisissent également de devenir formateur en sophrologie et former les nouveaux reconvertis au métier de relaxologue.

Vous pouvez aussi monter en compétences et proposer plusieurs offres à votre clientèle, comme la naturopathie, l’hypnose, des cours de yoga…

Certains praticiens exercent leur métier de sophrologue à temps partiel, en complément avec un emploi de kinésithérapeute ou d’ostéopathe par exemple.

Les évolutions de carrière dans la sophro sont nombreuses et dépendent de vos envies et de vos aspirations professionnelles

La sophrologie, une reconversion qui réussit

D’après la Chambre Syndicale de Sophrologie, 93,36 % des sophrologues déclarent que leur reconversion professionnelle est une réussite sur le plan personnel.

  • Pour 8 personnes sur 10, devenir sophrologue leur a permis d’être plus épanouis au travail.
  • 66 % des thérapeutes interrogés estiment que leur métier est d’utilité sociale et a du sens pour eux.
  • Plus de la moitié des sophrologues estiment que leur reconversion leur a permis d’accéder à un meilleur confort de travail.

Méthodologie : enquête réalisée auprès de 6 148 sophrologues en mai 2021.

Reconversion en sophro, par où commencer ?

Avant de faire les démarches pour devenir sophrologue, prenez le temps de réfléchir. Effectuez un bilan de compétences. Établissez un projet de reconversion clair et faites-vous aider par un conseiller en évolution professionnelle (CEP).

Si vous n’avez pas besoin d’un diplôme pour devenir sophrologue, se former à ce métier reste essentiel pour obtenir une bonne qualification et des compétences solides.

Réfléchissez à votre parcours de formation, trouvez les dispositifs de financement de cette formation et commencez votre transition professionnelle.

Si vous utilisez votre CPF de transition, nous vous invitons à télécharger l’appli Mon Compte Formation pour trouver les formations éligibles au CPF.

Reconversion sophrologue : le témoignage de Vanessa, reconvertie à 40 ans
nouvelleviepro-devenir-sophrologue-temoignage

Découvrez le témoignage de Vanessa, 40 ans, qui a changé de métier pour devenir sophrologue. Auparavant, elle travaillait en tant que commerciale. Et elle travaillait trop... Jusqu’au burn-out.

Depuis, Vanessa a choisi de se reconvertir dans la voie du bien-être, et ça va beaucoup mieux : « Je suis plus qu’heureuse. J’ai enfin le sentiment d’être à ma place, d’être alignée. »

Découvrez l’avis de Vanessa sur la sophrologie et le métier de sophrologue.

Votre nouvelle vie professionnelle commence bientôt !
>> Demandez votre séance de coaching avec un pro pour préciser votre avenir professionnel et établir un plan de formation.

Les Webinars à revoir pour réussir son projet de reconversion professionnelle

>> Réussir sa reconversion professionnelle avec l'AFPA

>> La naturopathie : une reconversion accessible à toutes et à tous avec Euro Nature

Ajouter
Partager