D’Evry au Yukon (Canada)

 1 MIN

Kelly, 31 ans, expatriée au Canada : « La magie de l’expatriation, c’est la découverte. »

L’arrivée dans le Nord du Canada

Quand elle est arrivée au Yukon (Canada), Kelly Tabuteau avait prévu de faire du bénévolat en tant qu’handler dans un chenil de chiens de traîneau. Après deux mois, l’expérience s’est achevée et elle a cherché du travail : « La période n’était pas idéale pour l’embauche (mi-novembre) et la barrière de la langue un gros obstacle. Les employeurs se rendaient rapidement compte que je n’avais pas d’expérience de travail en milieu anglophone, ce qui me fermait des portes. D’où l’inconstance » professionnelle. »

Une « inconstance » qu’elle exprime à travers différentes activités professionnelles : journaliste, professeure de français pour adultes anglophones, professeure de fitness, assistante de direction, comptable… Elle tient également un blog (Lily’s road) où elle raconte ses aventures d’expatriée.

« Je prends les opportunités qui se présentent, qui m’apportent des connaissances supplémentaires pour avoir un profil le plus complet possible, et bien sûr qui me plaisent également. Mon dernier emploi était l’organisation logistique d’une conférence ministérielle. »

Lire aussi >> Les Français rêvent de partir au Canada

Le déclic de son expatriation ? L’obtention du Permis Vacances Travail pour le Canada

Pour Kelly, le PVT était une sorte de loterie avec « une chance sur deux ou trois de l’obtenir selon les années ». Lorsque le sésame est tombé, elle ne savait pas vraiment quoi faire.

« Mes parents m’ont poussée à tenter l’expérience au risque de le regretter. Maintenant que je souhaite m’installer vraiment ici, ils sont un peu moins enthousiastes mais ils savent que je suis heureuse, alors cela leur convient. »

Lire aussi >> > Quelles formalités pour travailler au Canada ?

Les + de l’expatriation au Canada

  • la vie relaxe, sans jamais être trop pressée ou stressée ;
  • la découverte d’une nouvelle culture ;
  • les rencontres ;
  • la proximité avec l’immensité du territoire yukonnais pour aller randonner.
Kelly, 31 ans, l’expatriation d’une Française au Canada (Yukon)

Les - de l’expatriation au Canada

- le système de santé compliqué d’accès ;

- la langue pour le manque de fluidité d’expression (« Bien que presque bilingue, l’anglais reste ma langue seconde et je n’arrive pas à y apporter les mêmes nuances qu’en français. ») ;

- la nourriture (« La vie dans le Nord, bien que non isolée, laisse moins de choix pour l’alimentation, contrairement aux grands centres comme Montréal, Vancouver ou Toronto »).

Lire aussi >> Pénuries de main-d’œuvre au Canada

Au risque d’être cliché, la gastronomie française lui manque vraiment ! Ainsi que ses proches : « C’est un choix personnel de partir, mais cela ne rend pas facile de vivre loin de ceux qu’on aime. Il y a des avantages et des inconvénients dans chaque pays. Il ne faut pas s’attendre à ce qu’une expatriation soit la solution miracle à tous ses maux. »

Lire aussi >> 3 questions à un coach expert en expatriation

Son changement de vie en une phrase ?

« Wow, une phrase !... Travailler pour vivre de ses passions. »

 
  Propos recueillis par Djiba Diallo

La rédaction vous conseille

> Trouver un emploi au Canada
> Découvrez les meilleurs pays où s’expatrier
> Travailler à l’étranger

NVP_admin

Rapporté par L'équipe Nouvelle Vie Pro

Partager ce témoignage :
D'autres témoignages
D’enseignant à directeur d’école
D’enseignant à directeur d’école
Nicolas Bonneville est aujourd’hui directeur Général de l'Institut Régional de Travail Social Champagne-Ardenne. Reconversion réussie grâce à un master !
Lire le témoignage
De commercial à fleuriste
De commercial à fleuriste
Cécile Bevelander décide de changer de métier et quitte son travail de commercial dans les assurances pour se lancer dans un CAP Fleuriste.
Lire le témoignage
De la télé-réalité à l’immobilier
De la télé-réalité à l’immobilier
Marjolaine Bui, 30 ans : « Ma reconversion professionnelle est arrivée au bon moment. »
Lire le témoignage
De métrologue à ouvrier du paysage
De métrologue à ouvrier du paysage
Alexandre Wawrzyniak a travaillé 8 ans comme technicien métrologue. Il s’est tourné vers une formation et a monté son entreprise dans les espaces verts.
Lire le témoignage
De comptable à thérapeute
De comptable à thérapeute
Rosa G., aide comptable, a décidé par pure passion et passé la quarantaine, de se tourner vers un métier centré sur l’aide : la thérapie psychocorporelle. Le statut d'auto-entrepreneur étant tout à fait compatible avec son emploi de salariée...
Lire le témoignage
De salarié à entrepreneur
De salarié à entrepreneur
Chams Diagne, ancien directeur du Business Développement de Viadeo, lance sa propre start-up : Talent2africa.com, premier réseau social africain de recrutement. Depuis qu’il a quitté Viadeo, l’entrepreneur Sénégalais ne chôme pas.
Lire le témoignage
De contrôleur de gestion à dirigeant d'une maison d’hôte
De contrôleur de gestion à dirigeant d'une maison d’hôte
A presque 40 ans, Benoit R. fait le point sur sa situation professionnelle et décide quitter la région parisienne avec son épouse pour aller reprendre une maison d’hôte en province. Focus sur son parcours.
Lire le témoignage
Du commercial à la compagnie de danse
Du commercial à la compagnie de danse
J'étais commerciale avec une vie simple : métro, boulot, dodo. Aujourd’hui je fais le tour du monde avec « Les danseuses d’or », ma propre compagnie. Je suis à mon compte et cela a changé ma vie.
Lire le témoignage
De cariste à conductrice de bus
De cariste à conductrice de bus
Après des études en comptabilité, Mélanie a travaillé 3 ans en tant que cariste (préparatrice de commande et approvisionnement) avant de devenir conductrice de bus.
Lire le témoignage
De la SNCF à la VAE
De la SNCF à la VAE
Stéphane Castella a un parcours atypique. Ce slasheur de 43 ans est à la fois salarié à la SNCF et accompagnateur VAE. Découvrez ses multiples reconversions.
Lire le témoignage
De ski patrol à intervenant QHSE
De ski patrol à intervenant QHSE
La reconversion professionnelle de Bertrand Vallette qui travaillait comme pisteur-secouriste dans une station de ski avant de devenir intervenant QHSE.
Lire le témoignage
De factrice à tapissière
De factrice à tapissière
Céline était factrice à temps plein. Aujourd’hui elle reste salariée, mais à temps partiel, et exerce en parallèle une activité d’artisan (restauration et création de sièges) en auto-entrepreneur.
Lire le témoignage
La rédaction vous conseille
nouvelleviepro-comment-faire-reconversion-sans-perte-salaire
1 décembre 2022
  • La ptite voix
  • Créer son entreprise
  • Devenir indépendant
  • Faire le point
  • S'informer
Les conseils des pros pour réussir votre reconversion
30 novembre 2022
  • Incontournable
nouvelleviepro-renoncement-silencieux-quiet-quitting-definition
28 novembre 2022
  • Décryptage
nouvelleviepro-maria-schools
22 novembre 2022
  • Focus métier
17 novembre 2022
    nouvelleviepro-creation-entreprise-se-faire-accompagner.
    • Créer son entreprise
    • Devenir indépendant
    Création d’entreprise : comment se faire accompagner ?
    15 novembre 2022
    • Décryptage
    nouvelleviepro-comment-se-reconvertir-3-etapes
    9 novembre 2022
      Voir toutes les actualités

      2022 Tous droits réservés