De l’enseignement à la sophrologie

 1 MIN

Marie Hélène Macarro, 50 ans : « Ma reconversion est un nouveau chapitre de ma vie. »

Une reconversion en douceur

Au fur et à  mesure de sa formation, Marie Hélène commence « tout doucement » à envisager la possibilité de changer de métier : « Pour valider mon diplôme, je devais réaliser un stage que j’ai effectué en milieu scolaire pendant 12 semaines, et là c’était comme une évidence, non seulement cette formation m’avait transformée sur le plan personnel, mais le rapport que j’entretenais avec ce public scolaire que je connaissais parfaitement était tout aussi enrichissant même si considérablement différent. »

Beaucoup de formations fleurissent autour de la sophrologie (par correspondance, par Skype…), mais il faut faire le tri, choisir une formation plutôt longue et sérieuse. Marie Hélène a suivi une formation de deux ans, à l’Institut National de l’Enseignement de la Sophrologie, école reconnue par l’Etat, où l’on enseigne la sophrologie caycédienne. L’enseignement y est de grande qualité car il s’agit de la sophrologie authentique telle que le professeur Alfonso Caycedo, créateur de la méthode, l’enseignait lui-même.

Un réel engouement pour ce genre de métier

Marie Hélène l’illustre et le confirme : « Cela commence le plus souvent par une séance en tant que client(e), et l’idée de reconversion germe. Ce n’est pas un métier qu’on exerce à 20 ans, il faut avoir une certaine expérience. Souvent des femmes de 35-55 ans qui se reconvertissent, d’anciennes infirmières, psychologues, des médecins aussi. »

Lire aussi >> L’économie verte et le bien-être attirent les entrepreneurs

De fonctionnaire à travailleuse indépendante

Marie Hélène opte pour le statut de micro-entrepreneuse et finance elle-même son entreprise : « J’ai installé mon cabinet de sophrologie à mon domicile. Les charges les plus importantes pour moi aujourd’hui sont celles de la communication. C’est un chalenge très stimulant car même si j’exerce une profession dans la relation d’aide, je dois tout de même faire vivre une petite entreprise car l’Urssaf ne m’oublie pas. »

Reconversion sophrologie

Lire aussi >> Avez-vous l’âme d’un entrepreneur ?

L’emploi du temps d’une sophrologue

Si Marie Hélène travaille moins d’heures par jour que lorsqu’elle était enseignante, son emploi de temps quotidien est plus aléatoire : « Je travaille plus tard le soir, car j’ai beaucoup de demandes de rendez-vous en fin de journée. Pareillement, je travaille le samedi matin. Je m’octroie beaucoup moins de vacances. Auparavant, je connaissais mon emploi de temps annuel dès le 1er septembre, aujourd’hui je ne sais pas si le lendemain je vais avoir des rendez-vous supplémentaires. »

Mais elle n’a absolument aucun regret et se félicite chaque jour d’avoir fait ce choix  « Je dois tout recommencer professionnellement alors que finalement ma vie professionnelle était garantie et assurée jusqu’à ma retraite. »

Ce qui lui plaît le plus dans ce nouveau métier ?

« La richesse et la diversité des rencontres ! » Le public de Marie Hélène est très large puisqu’elle reçoit aussi bien des enfants dès 6 ans que des adolescents qui doivent passer le brevet, des étudiants, des 35-40 ans en burn-out ou encore des personnes âgées de presque 80 ans.

Ainsi elle n’a pas coupé les ponts avec son ancien milieu et intervient dans les établissements scolaires, noatmment pour des séances collectives de gestion du stress avant un examen : « Il s’agit d’une activité que j’aime énormément, en effet le rapport, la relation que l’on établit ensemble sont absolument différents. »

Considérant qu’hypnose et sophrologie sont très complémentaires, Marie Hélène se forme actuellement à l’hypnothérapie.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait se reconvertir ?

  • Bien réfléchir à son projet sans trop d’optimisme mais pas de pessimisme non plus. Être en quelque sorte dans une espèce de réalité objective.
  • Savoir que les débuts peuvent être difficiles mais être conscient que lorsque l’on fait un choix, certes il y a des avantages, et c’est pour cela que l’on s’engage sur le chemin de la reconversion, mais aussi des inconvénients et que l’on va devoir les assumer. Forcément il y aura des embûches sur notre chemin.
  • Je pense aussi que très souvent lorsque notre projet est bien réfléchi, ce nouveau choix de vie, car c’en est un, s’impose à nous.

Bon à savoir sur la sophrologie

Cette méthode est parfois comparée à l'hypnose ou qualifiée de psychothérapie, de méthode de relaxation, voire de médecine alternative. De multiples écoles et pratiques sont apparues depuis la fondation en 1960 de la sophrologie par Alfonso Caycedo.

Selon le mensuel Psychologies Magazine : « Inspirée de l’hypnose et de disciplines orientales telles que le yoga ou le zen, la sophrologie est une méthode de relaxation […] dynamique qui a pour objectif de transformer nos angoisses ou phobies en pensées positives. Cette pratique psychocorporelle s’appuie essentiellement sur la détente physique, obtenue grâce à des exercices de respiration, et la visualisation d’images apaisantes. »

La discipline peut également se travailler sur le long terme.

 Propos recueillis par Natacha Le Jort

La rédaction vous conseille

> Pour une reconversion loin de la ville
> La vie d’entrepreneur est-elle compatible avec la vie de famille ?
> 10 signes qui montrent qu'il faut faire une reconversion
>> Tous les témoignages de reconversion professionnelle
NVP_admin

Rapporté par L'équipe Nouvelle Vie Pro

Partager ce témoignage :
D'autres témoignages
De la télé-réalité à l’immobilier
De la télé-réalité à l’immobilier
Marjolaine Bui, 30 ans : « Ma reconversion professionnelle est arrivée au bon moment. »
Lire le témoignage
De métrologue à ouvrier du paysage
De métrologue à ouvrier du paysage
Alexandre Wawrzyniak a travaillé 8 ans comme technicien métrologue. Il s’est tourné vers une formation et a monté son entreprise dans les espaces verts.
Lire le témoignage
De comptable à thérapeute
De comptable à thérapeute
Rosa G., aide comptable, a décidé par pure passion et passé la quarantaine, de se tourner vers un métier centré sur l’aide : la thérapie psychocorporelle. Le statut d'auto-entrepreneur étant tout à fait compatible avec son emploi de salariée...
Lire le témoignage
De salarié à entrepreneur
De salarié à entrepreneur
Chams Diagne, ancien directeur du Business Développement de Viadeo, lance sa propre start-up : Talent2africa.com, premier réseau social africain de recrutement. Depuis qu’il a quitté Viadeo, l’entrepreneur Sénégalais ne chôme pas.
Lire le témoignage
De contrôleur de gestion à dirigeant d'une maison d’hôte
De contrôleur de gestion à dirigeant d'une maison d’hôte
A presque 40 ans, Benoit R. fait le point sur sa situation professionnelle et décide quitter la région parisienne avec son épouse pour aller reprendre une maison d’hôte en province. Focus sur son parcours.
Lire le témoignage
Du commercial à la compagnie de danse
Du commercial à la compagnie de danse
J'étais commerciale avec une vie simple : métro, boulot, dodo. Aujourd’hui je fais le tour du monde avec « Les danseuses d’or », ma propre compagnie. Je suis à mon compte et cela a changé ma vie.
Lire le témoignage
De cariste à conductrice de bus
De cariste à conductrice de bus
Après des études en comptabilité, Mélanie a travaillé 3 ans en tant que cariste (préparatrice de commande et approvisionnement) avant de devenir conductrice de bus.
Lire le témoignage
D’enseignant à directeur d’école
D’enseignant à directeur d’école
Nicolas Bonneville est aujourd’hui directeur Général de l'Institut Régional de Travail Social Champagne-Ardenne. Reconversion réussie grâce à un master !
Lire le témoignage
De commercial à fleuriste
De commercial à fleuriste
Cécile Bevelander décide de changer de métier et quitte son travail de commercial dans les assurances pour se lancer dans un CAP Fleuriste.
Lire le témoignage
De la SNCF à la VAE
De la SNCF à la VAE
Stéphane Castella a un parcours atypique. Ce slasheur de 43 ans est à la fois salarié à la SNCF et accompagnateur VAE. Découvrez ses multiples reconversions.
Lire le témoignage
De ski patrol à intervenant QHSE
De ski patrol à intervenant QHSE
La reconversion professionnelle de Bertrand Vallette qui travaillait comme pisteur-secouriste dans une station de ski avant de devenir intervenant QHSE.
Lire le témoignage
De factrice à tapissière
De factrice à tapissière
Céline était factrice à temps plein. Aujourd’hui elle reste salariée, mais à temps partiel, et exerce en parallèle une activité d’artisan (restauration et création de sièges) en auto-entrepreneur.
Lire le témoignage
La rédaction vous conseille
8 décembre 2022
  • Incontournable
nouvelleviepro-comment-faire-reconversion-sans-perte-salaire
1 décembre 2022
  • La ptite voix
  • Créer son entreprise
  • Devenir indépendant
  • Faire le point
  • S'informer
Les conseils des pros pour réussir votre reconversion
30 novembre 2022
  • Incontournable
nouvelleviepro-renoncement-silencieux-quiet-quitting-definition
28 novembre 2022
  • Décryptage
nouvelleviepro-maria-schools
22 novembre 2022
  • Focus métier
17 novembre 2022
    nouvelleviepro-creation-entreprise-se-faire-accompagner.
    • Créer son entreprise
    • Devenir indépendant
    Création d’entreprise : comment se faire accompagner ?
    15 novembre 2022
    • Décryptage
    Voir toutes les actualités

    2022 Tous droits réservés