Des Mercedes aux peluches

 1 MIN

Alexandra et Natacha, 2 soeurs trentenaires : « Lancez-vous ! La reconversion, c’est le bonheur absolu ! »

Deux sœurs font revivre l’entreprise familiale et les peluches de leur enfance

Deux trentenaires ont relancé la marque créée par leur grand-mère : La Pelucherie, en sommeil pendant 20 ans. Elles ont grandi avec les peluches de leur grand-mère et Alexandra Rapaport-Zambrowski, 35 ans, a tout naturellement envisagé de reprendre l’entreprise familiale : « J’avais vraiment envie de trouver un projet qui me tenait à cœur. » En parallèle, sa sœur Natacha Benarous Zambrowski, 30 ans, avait aussi très envie de monter sa boîte ; le tout avait un sens. Aussi ont-elles mis leur projet commun en oeuvre.

Alexandra a cumulé deux activités pendant un an avant de négocier une rupture conventionnelle pour quitter son job de salarié (chef de projet marketing pour Mercedes) et mettre toute son énergie, avec sa soeur, au service des peluches de leur enfance qui sont désormais vendues non seulement en ligne sur La-pelucherie.com, mais aussi dans des boutiques éphémères.

La pelucherie, boutique

La Pelucherie compte en effet aujourd’hui quelques points de vente à Paris (notamment au Bon Marché) et en province. D’un naturel très joyeux et positif (ce qui l’aide à vendre), Alexandra véhicule sa passion, en compagnie de sa sœur Natacha, ex avocate libérale en droit des affaires.

La pelucherie, panda« La reconversion m’a permis de me trouver et de révéler une bien plus grande partie de mon potentiel. De belles rencontres, une expérience riche et une vie bien remplie ! » Alexandra 

« C'est une expérience unique qu'il faut saisir quand elle se présente et provoquer si elle ne présente pas ! » Natacha

Une double reconversion

Natacha et Alexandra ont tenu toutes deux à répondre (presque en chœur) à nos questions sur leur parcours de reconversion professionnelle qui leur a permis de « réaliser ce rêve d’enfant », une sorte de renaissance.

Quel a été le déclic de votre reconversion professionnelle ?

Alexandra : L’envie de créer quelque chose, l’envie d’être maître de ma vie, de me lever tous les matins avec une vraie envie, une vraie motivation, quelque chose qui m’anime au quotidien !

Quelle était votre journée type avant ?

Alexandra : Je me levais, gérais mes enfants, allais bosser tranquillement, je déjeunais avec une copine, j’allais faire mon sport le soir et ensuite je rentrais m’occuper de nouveau de mes enfants, puis soirée tranquille avec mon mari. Aujourd’hui, je n’ai plus une minute ! Certes je gère mon planning, mais au final il est bien plus rempli. J’enchaîne les rendez-vous et les sujets différents.

Natacha : Avant j'étais avocate en droit des affaires. Dans mon cabinet, je faisais essentiellement du conseil et restais principalement sur mon ordinateur, en dehors des rencontres client. Aujourd’hui, je vais chez la brodeuse récupérer des commandes, je fais des cartons, les apporte à la poste, réponds à des clients au téléphone.

Quel statut avez-vous choisi pour créer votre entreprise et comment l’avez-vous financée ?

Une société par actions simplifiée (SAS). Nous avons tout financé en fonds propres.

Comment a réagi votre entourage ?

Alexandra : Lorsque j’ai dit que je souhaitais tout lâcher pour relancer la marque familiale de peluches de ma grand-mère, les réactions n’ont pas toujours été très encourageantes. Mon entourage pensait que je voulais faire ça davantage pour pouvoir me consacrer à mes enfants plutôt qu’à trouver un réel intérêt à mon job et ils estimaient tous que c’était de la folie. Mais moi je savais ce que je voulais vraiment ! Aujourd’hui, avec le recul, je ne regrette pas d’avoir suivi mon instinct. Et mon entourage est finalement très fier de mon choix, au vu des résultats très positif de la boîte.

Natacha : Mon entourage proche m'a soutenu, en commençant par mon mari et ma famille. Les gens étaient principalement étonnés que je me lance dans cette aventure avec ma sœur comme associée mais moi je savais que c'était une bonne idée ! 

2 conseils des sœurs

  • Quand on monte une boîte, on doit être compétent sur beaucoup de sujets et être capable d’apprendre très vite ! On s’en doute mais lorsque ça devient réel, devant la diversité des tâches à accomplir, c’est autre chose…
  • Allez au bout de votre idée, n'ayez pas peur de vous lancer ! 

 Propos recueillis par Natacha Le Jort

Des expériences de personnes qui ont changé de métier à la trentaine

>> Tous les témoignages de reconversion professionnelle
NVP_admin

Rapporté par L'équipe Nouvelle Vie Pro

Partager ce témoignage :
D'autres témoignages
De salarié à entrepreneur
De salarié à entrepreneur
Chams Diagne, ancien directeur du Business Développement de Viadeo, lance sa propre start-up : Talent2africa.com, premier réseau social africain de recrutement. Depuis qu’il a quitté Viadeo, l’entrepreneur Sénégalais ne chôme pas.
Lire le témoignage
De contrôleur de gestion à dirigeant d'une maison d’hôte
De contrôleur de gestion à dirigeant d'une maison d’hôte
A presque 40 ans, Benoit R. fait le point sur sa situation professionnelle et décide quitter la région parisienne avec son épouse pour aller reprendre une maison d’hôte en province. Focus sur son parcours.
Lire le témoignage
De commercial au studio de création numérique
De commercial au studio de création numérique
Dominique a longtemps été salariée dans le secteur de l’informatique avant de décider de créer sa propre entreprise, dont un studio de jeux vidéo, avec son fils.
Lire le témoignage
Du transport à la création de chaussures
Du transport à la création de chaussures
Marie Camara était chargée de clientèle. Suite à un plan social, elle décide de prendre son destin en main en créant sa propre marque de chaussures.
Lire le témoignage
Du salariat à la start-up
Du salariat à la start-up
Jérémie Bigo était salarié d’une PME. Suite à un licenciement économique, il crée sa start-up à 26 ans : mychauffage.com, plateforme web d’installation de chauffage.
Lire le témoignage
De journaliste à artiste-entrepreneur
De journaliste à artiste-entrepreneur
Olivier était salarié en tant que journaliste radio. A 33 ans, il devient Eurêka, auteur-interprète de slam. Une reconversion professionnelle originale.
Lire le témoignage
De la télé-réalité à l’immobilier
De la télé-réalité à l’immobilier
Marjolaine Bui, 30 ans : « Ma reconversion professionnelle est arrivée au bon moment. »
Lire le témoignage
Des Mercedes aux peluches
Des Mercedes aux peluches
Découvrez l’histoire d’une reconversion professionnelle en famille ou lorsque 2 sœurs décident de reprendre la marque créée par leur grand-mère : La Pelucherie.
Lire le témoignage
De directeur des achats à entrepreneur dans la mode
De directeur des achats à entrepreneur dans la mode
Michaël occupait un poste de directeur des achats dans un grand groupe avant de décider de changer de vie professionnelle et de devenir entrepreneur dans la mode.
Lire le témoignage
Des RH au conseil en image
Des RH au conseil en image
Leila, la trentaine, a décidé de tout quitter, notamment son travail salarié, pour se lancer dans l'aventure entrepreneuriale, avec le soutien de ses proches.
Lire le témoignage
De la relation client à la French Tech
De la relation client à la French Tech
Hélène Persod a travaillé pendant 20 ans dans la relation clients avant de se reconvertir et de monter sa start-up : portrait d’une lyonnaise de la French Tech.
Lire le témoignage
De la finance à l'agriculture
De la finance à l'agriculture
A 25 ans, Julien Aymard a décidé de passer du monde de la finance à celui de l’agriculture. Pour cela, il a créé son entreprise, la Ferme des Volcans.
Lire le témoignage
La rédaction vous conseille
nouvelleviepro-comment-faire-reconversion-sans-perte-salaire
1 décembre 2022
  • La ptite voix
  • Créer son entreprise
  • Devenir indépendant
  • Faire le point
  • S'informer
Les conseils des pros pour réussir votre reconversion
30 novembre 2022
  • Incontournable
nouvelleviepro-renoncement-silencieux-quiet-quitting-definition
28 novembre 2022
  • Décryptage
nouvelleviepro-maria-schools
22 novembre 2022
  • Focus métier
17 novembre 2022
    nouvelleviepro-creation-entreprise-se-faire-accompagner.
    • Créer son entreprise
    • Devenir indépendant
    Création d’entreprise : comment se faire accompagner ?
    15 novembre 2022
    • Décryptage
    nouvelleviepro-comment-se-reconvertir-3-etapes
    9 novembre 2022
      Voir toutes les actualités

      2022 Tous droits réservés