De consultante informatique à l’humour

 1 MIN

Lucie Carbone, 30 ans : « J’avais besoin de quelque chose de beaucoup plus vibrant. »

Hypokhâgne, Khâgne, Sciences Po… one woman show !

Même si elle a fait une overdose de latin, Lucie Carbone s’est passionnée pour ses études. Ses deux années de classe préparatoire (Hypokhâgne et Khâgne en lettres et sciences sociales) ont été un véritable « bain de culture » nécessaires à son épanouissement et ça se sent !

Elle passe ses journées à étudier et à lire ; une stimulation quotidienne qui lui a manqué dans le monde du travail.

« Quand j’ai commencé à travailler, ça m’a manqué de lire de tout et n’importe quoi, prendre le temps du vagabondage intellectuel. Je n’étais pas si remuée que ça au travail. »

Lire aussi >> Le DAEU pour reprendre des études, évoluer ou se reconvertir sans le bac

Après avoir obtenu le concours, Lucie rejoint les bancs de Sciences Po où elle s’engage dans diverses activités comme la Junior Entreprise et l’association Terra Nova. Elle organise ainsi plusieurs évènements et se dirige alors plutôt vers une carrière en communication.

Mais comme toutes les bonnes choses ont souvent une fin, voilà Lucie partie pour gravir les montagnes du monde du travail. Elle intègre alors un cabinet de conseil en informatique dans lequel va rester 4 ans avant de rejoindre le service informatique de Total pendant un an et demi.

lucie carbone
Crédits photos : Claire Maurel

Trop d’informatique tue l’informatique, Lucie a dû apprendre sur le tas et se former elle-même en pratiquant : « La meilleure expérience qu’on se fait, c’est sur le terrain. »

Malgré les pieds bien ancrés dans les bottes du CDI, Lucie était-elle vraiment heureuse ?

Tout envoyer valser pour suivre sa passion

Lucie Carbone n’a pas échappé au cercle vicieux du métro, boulot, dodo : « Je rentrais du travail et j’avais envie de rien faire. »

Mais, depuis toujours passionnée par l’humour, elle monte en parallèle sur scène pour tester ses sketches et exercer ce qu’elle considère alors seulement comme un loisir.

Comment fait-on pour aller jouer ses textes lorsqu’on débute ?

« A Paris, il existe beaucoup de plateaux d’humour pour les premières scènes, des « open mic ». Pour tester ses sketches, c’est top. »

A cheval entre sa vie professionnelle et sa passion qui commence à prendre de plus en plus de place, le choc des envies est inévitable : « D’un côté, je n’étais pas du tout épanouie dans mon travail, voire j’étais en situation de mal-être, et de l’autre j’avais le stand-up qui montait, montait. A la fin, les deux se sont confrontés. »

Lire aussi >> Comment concilier vie professionnelle et vie personnelle ?

C’est donc décidé, libération et émotion, Lucie quitte son emploi fin août 2019 pour se lancer à 200 % dans l’humour et le stand-up.

Lucie Carbone est fan de…

  • Louis de Funès
  • Muriel Robin
  • Les Inconnus

Est-ce que ça fait peur de se lancer ?

« C’est hyper flippant et personne ne te dit de le faire. Mais peu importe où ça va, à ce moment j’avais envie de le faire et c’est dommage de rester et de risquer la dépression. »

Le plus important, dans une reconversion professionnelle selon Lucie, c’est l’expérimentation : « Prévoir en amont c’est optimiser ses chances pour que son projet soit pérenne. » Il faut donc tester, tester et encore tester la nouvelle activité souhaitée avant de tout envoyer valser. La reconversion doit se faire de manière intelligente.

Lire aussi >> 10 raisons de se reconvertir

L’expérimentation permet aussi de faire des rencontres, élément essentiel pour gagner en assurance : « Les rencontres sont importantes car c’est ce qui donne confiance en son projet. En parler permet de dédramatiser la situation. Ce n’est pas impossible et ça peut se faire. »

Et tes premières scènes alors, c’était comment ?

« La première scène était très cool, 10-15 personnes et il y avait d’autres humoristes qui se lançaient. L’ambiance était bienveillante. La deuxième en revanche était une horreur. C’était un plateau d’humour avec plusieurs humoristes, certains étaient rôdés et j’ai décidé de faire une impro sur scène… Mais je n’avais pas encore le bagage pour le faire, je me suis perdue et c’était une catastrophe. »

Comment réagir face à l’échec ?

« L’échec doit motiver, ça te donne toujours envie de refaire. Tu sais que tu as envie de faire de la scène quand tu as envie de remonter dessus. » Et si ça ne marche pas ? Lucie déteste cette question si souvent entendue : « La reconversion sera toujours une jolie expérience de vie, même pour rebondir dans un autre emploi. »

Lire aussi >> La reconversion d’Olivier T, du journalisme au slam

Badaboum! Le one-woman-show de Lucie Carbone

Badaboum, c’est l’idée d’une chute et d’un rebond, l’idée que tant qu’on a de la vie, on a de la chance : « On a toujours le choix d’avancer ou non, il n’y a pas de fatalisme. »

Badaboum, c’est une aventure qui aura mis un an pour se décider…

Badaboum …une aventure de rencontre, notamment avec Matthieu Lemeunier, co-auteur et metteur en scène du spectacle. Ce dernier raconte les chutes et les désillusions qu’on peut rencontrer dans le monde adulte et comment on peut rebondir avec humour.

Comment écrit-on un spectacle d’humour ?

Lucie Carbone : « Ecrire un spectacle d’humour c’est un pèlerinage. Il faut se mettre au clair sur ce qu’on veut (faire rire, divertir…), il y a plein de questions qui se posent. »

Qu’est-ce que tu veux provoquer avec Badaboum ?

« Un questionnement sur ce qui nous arrive, sur qu’est-ce qui fait que je vais mieux ou comment essaie-t-on d’aller de l’avant. »

Quel est ton rapport avec le public ?

« C’est important de se sentir dans le présent, de ne pas répéter son texte de façon automatique, mais de l’incarner. Il faut se dire qu’on va passer un bon moment et être honnête et sincère sur ce que l’on veut faire. »

Les conseils de Lucie pour se lancer dans l’humour

  • S’écouter dans son travail, voir comment son état d’âme évolue, avoir un véritable questionnement avant de se lancer.
  • Tester, prendre le temps de l’expérimentation : « C’est de l’énergie qu’il faut mettre, il faut faire des choses. Il faut se demander, qu’est-ce qui me plait ? Qu’est-ce qui me met une étincelle dans les yeux ? Est-ce que c’est faire un croissant, écrire un texte, parler avec les gens ? Il faut se reconnecter avec ce qui nous fait du bien. »

Et tes projets pour demain ?

« Continuer Badaboum, le rôder, trouver une production. Puis je fais un plateau d’humour tous les mercredis avec Shirley Souagnon. Je réfléchis aussi à un deuxième spectacle essentiellement centré sur le travail. »

Comment résumerais-tu ta reconversion ?

« Je suis passée du coq à l’âne, mais je pense que j’en avais besoin pour me réveiller. Le monde du travail m’a un peu endormie et j’avais envie de quelque chose de beaucoup plus vibrant. »

Qu’aurais-tu aimé savoir avant de te lancer dans ta reconversion ?

« Que ça allait bien se passer et que ça se faisait dans le temps. Qu’on me dise juste : c’est normal. »

Quelle est ta journée type ?

« Je me lève, j’écris, puis je fais une pause communication. L’après-midi je réécris ou je fais du montage vidéo. Puis, le soir je sors, je vais voir des spectacles, je lis. »

Carbone

Finalement, Lucie Carbone est bien l’exemple du « quand on veut on peut » et le démontre dans son spectacle qu’elle joue tous les lundis soir à la comédie des 3 Bornes à Paris. Pleine de vie, drôle et bourrée d’optimisme, elle fait la guerre au fatalisme avec Badaboum et assure que, peu importe les chutes, lorsqu’on veut, rien ne peut nous arrêter !

>> Badaboum ! Pour prendre votre billet, cliquez ici !

 Propos recueillis par Maelys Léon

Des expériences de personnes qui ont changé de métier à la trentaine

>> Tous les témoignages de reconversion professionnelle

 

NVP_admin

Rapporté par L'équipe Nouvelle Vie Pro

Partager ce témoignage :
D'autres témoignages
De comptable à thérapeute
De comptable à thérapeute
Rosa G., aide comptable, a décidé par pure passion et passé la quarantaine, de se tourner vers un métier centré sur l’aide : la thérapie psychocorporelle. Le statut d'auto-entrepreneur étant tout à fait compatible avec son emploi de salariée...
Lire le témoignage
De contrôleur de gestion à dirigeant d'une maison d’hôte
De contrôleur de gestion à dirigeant d'une maison d’hôte
A presque 40 ans, Benoit R. fait le point sur sa situation professionnelle et décide quitter la région parisienne avec son épouse pour aller reprendre une maison d’hôte en province. Focus sur son parcours.
Lire le témoignage
Du commercial à la compagnie de danse
Du commercial à la compagnie de danse
J'étais commerciale avec une vie simple : métro, boulot, dodo. Aujourd’hui je fais le tour du monde avec « Les danseuses d’or », ma propre compagnie. Je suis à mon compte et cela a changé ma vie.
Lire le témoignage
De développeur informatique à coach professionnel
De développeur informatique à coach professionnel
Après 10 ans dans l’informatique en tant que développeur, Didier décide de se tourner vers un métier qui lui donnerait envie de se lever le lundi matin.
Lire le témoignage
De cariste à conductrice de bus
De cariste à conductrice de bus
Après des études en comptabilité, Mélanie a travaillé 3 ans en tant que cariste (préparatrice de commande et approvisionnement) avant de devenir conductrice de bus.
Lire le témoignage
Du transport à la création de chaussures
Du transport à la création de chaussures
Marie Camara était chargée de clientèle. Suite à un plan social, elle décide de prendre son destin en main en créant sa propre marque de chaussures.
Lire le témoignage
De journaliste à artiste-entrepreneur
De journaliste à artiste-entrepreneur
Olivier était salarié en tant que journaliste radio. A 33 ans, il devient Eurêka, auteur-interprète de slam. Une reconversion professionnelle originale.
Lire le témoignage
De métrologue à ouvrier du paysage
De métrologue à ouvrier du paysage
Alexandre Wawrzyniak a travaillé 8 ans comme technicien métrologue. Il s’est tourné vers une formation et a monté son entreprise dans les espaces verts.
Lire le témoignage
De directeur des achats à entrepreneur dans la mode
De directeur des achats à entrepreneur dans la mode
Michaël occupait un poste de directeur des achats dans un grand groupe avant de décider de changer de vie professionnelle et de devenir entrepreneur dans la mode.
Lire le témoignage
De factrice à tapissière
De factrice à tapissière
Céline était factrice à temps plein. Aujourd’hui elle reste salariée, mais à temps partiel, et exerce en parallèle une activité d’artisan (restauration et création de sièges) en auto-entrepreneur.
Lire le témoignage
De la maintenance à l’accrobranche
De la maintenance à l’accrobranche
Julien est en pleine reconversion professionnelle. Après 12 ans de maintenance, il décide de se tourner vers l’accrobranche et de devenir cordiste.
Lire le témoignage
Des Vosges au pôle Sud
Des Vosges au pôle Sud
Fabrice Morel se souvient de ses expériences professionnelles comme cuisinier au bout du monde, avec les TAAF (Terres australes et antarctiques françaises).
Lire le témoignage
La rédaction vous conseille
nouvelleviepro-comment-faire-reconversion-sans-perte-salaire
1 décembre 2022
  • La ptite voix
  • Créer son entreprise
  • Devenir indépendant
  • Faire le point
  • S'informer
Les conseils des pros pour réussir votre reconversion
30 novembre 2022
  • Incontournable
nouvelleviepro-renoncement-silencieux-quiet-quitting-definition
28 novembre 2022
  • Décryptage
nouvelleviepro-maria-schools
22 novembre 2022
  • Focus métier
17 novembre 2022
    nouvelleviepro-creation-entreprise-se-faire-accompagner.
    • Créer son entreprise
    • Devenir indépendant
    Création d’entreprise : comment se faire accompagner ?
    15 novembre 2022
    • Décryptage
    nouvelleviepro-comment-se-reconvertir-3-etapes
    9 novembre 2022
      Voir toutes les actualités

      2022 Tous droits réservés